Carnets de voyage

Cordoue : balade au cœur de l’Andalousie

Il en aura fallu du temps pour que je clôture cette série d’article sur l’Andalousie détaillant chaque étape de notre périple andalou de 2 semaines, sans voiture, réalisé en mai 2015 !  Je vous emmène aujourd’hui à Cordoue ou Córdoba, ultime arrêt de notre voyage, et probablement le plus haut en couleurs !

Nous avons débarqué sac au dos à Cordoue un dimanche après-midi à la fin du mois de mai. En traversant la ville pour rejoindre notre hébergement, je me souviens avoir trouvé les rues particulièrement calmes, vides, quasiment désertes… Léthargie de fin de week-end ? Non, l’explication tenait en 5 lettres : feria. Tous les habitants – et les touristes – avaient traversé le fleuve Gadalquivir pour s’adonner aux réjouissances de cette grande fête populaire qui nous avait valu tant de difficultés pour trouver un hébergement à un prix raisonnable (ce qui nous a d’ailleurs obligés à prolonger notre séjour à Séville).

La siesta

À notre arrivée, Cordoue semble prise d’une irrésistible léthargie…

La feria de Mayo de Cordoue

Aussitôt les bagages déposés, nous avons donc mis le cap sur la feria, curieux, bien décidés à vivre cette expérience et, surtout, à y trouver de quoi manger et boire !

Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais. En tout cas pas à ça. La feria de Cordoue est une manifestation hybride où se mêlent traditions, attractions à sensations fortes, chapiteaux-discothèques et bars. Dans les allées de sable qui séparent les chapiteaux, on croise des cavaliers en costume traditionnels, des jeunes bien décidés à faire la fête, des couples mère-fille habillées en robes flamenco identiques… Des échos de musiques traditionnelles se mêlent aux « boum boum » de la musique techno, des odeurs de churros et de fritures rencontrent le parfum du chorizo grillé et de la paella.

Feria de Córdoba

Dans ce tourbillon de sensations, on perd complètement ses repères. Cela peut s’avérer grisant si vous êtes dans le bon état d’esprit. Pour nous, après la fatigue accumulée des derniers jours, du trajet en voiture et de la chaleur, c’en était trop ! Les prix élevés de la nourriture et des boissons, nous ont convaincus de fuir l’agitation de la feria pour nous poser dans une sympathique petite bodega du centre-ville !

Feria de Córdoba

Feria de Córdoba

L’incontournable Mezquita Catedral de Cordoue

Si on va à Grenade pour admirer l’Alhambra et à Séville pour se perdre dans les jardins du Réal Alcázar, on va à Cordoue pour visiter la fameuse mosquée-cathédrale, véritable symbole de l’Andalousie. Bon à savoir : l’accès à ce monument est gratuit entre 8h30 et 9h30 ! Le lendemain de notre arrivée, nous étions donc devant les portes vers 8h avec plusieurs dizaines d’autres visiteurs venus profiter, comme nous, de cet accès gratuit.

Files pour la visite de la Mezquita de Córdoba

À 8h30 battantes, les portes s’ouvrent. On pénètre dans la splendide Cour des Orangers… Cet espace, créé en 784 sous le règne du sultan Abd al-Rahman, compte pas moins de 98 orangers plantés en rangées ! Comme toujours dans l’architecture musulmane, on peut compter sur la présence apaisante de l’eau.

Fontaine, La Mezquita de Córdoba

La Mezquita de Córdoba

Une fois entrés dans la mosquée-cathédrale, on ne peut s’empêcher de s’exclamer (intérieurement car l’ambiance est calme !). On a beau avoir vu des dizaines de photos de cet endroit, l’alignement des 856 colonnes avec leurs arcades rayées, les proportions gigantesques du bâtiment (23 400 m2, ce fût la plus grande mosquée du monde après la Mecque), l’histoire unique de ce bâtiment ont de quoi vous donner le tournis. Malgré le nombre de visiteurs présents, on n’a pas du tout l’impression de déambuler dans une attraction touristique. L’ambiance est au recueillement et à l’émerveillement et même les selfie-sticks ne peuvent gâcher l’atmosphère des lieux.

La Mezquita de Córdoba

Et puis, on découvre la partie « cathédrale » de l’édifice. Quand Cordoue a été reprise aux musulmans par Ferdinand III en 1236, la mosquée a été convertie en église puis, plus tard, en cathédrale. La véritable forêt de colonnes qui faisait la splendeur du bâtiment a été partiellement détruite, notamment pour faire la place au XVIème siècle, à une cathédrale destinées à en mettre plein les yeux. Quel contraste avec la beauté sobre de la partie mosquée ! On raconte que Charles Quint lui-même a regretté la transformation de l’édifice. Il aurait déclaré aux chanoines :

Vous avez détruit ce que l’on ne voyait nulle part ailleurs pour construire ce que l’on voit partout.

Je suis plutôt d’accord avec lui !

Partie catholique de la Mezquita de Córdoba

Alcázar de Los Reyes Cristianos

Alcazar de Córdoba

Vous vous en rendrez vite compte en visitant la région : en Andalousie, presque toutes les grandes villes ont leur alcázar. Un alcázar, c’est en fait un palais fortifié. Celui de Cordoue servait de palais à Ferdinand et Isabelle lorsqu’un certain Christophe Colomb vint requérir leur aide pour un projet d’expédition aux Indes.

Monument à Christophe Colomb, Alcazar de Córdoba

Ferdinand, Isabelle et Christophe Colomb.

Plus tard, il devint le siège de l’Inquisition puis une prison. Nettement moins glamour… Restauré en 1951, il se visite aujourd’hui, ainsi que ses très beaux jardins. S’il est moins impressionnant que l’Alcazar de Séville, cela n’en reste pas moins un monument à visiter à notre avis.

Le soir, nous avons pu assister gratuitement avec nos billets du jour à un spectacle son, lumière et eau (!) dans les jardins. Un très bon moment et une belle manière de clôturer notre séjour en Andalousie.

Sons et lumières, Alcazar de Córdoba

Cordoue, c’est aussi…

… le quartier historique de la Judería avec ses rues étroites, ses murs blancs et ses patios ornés de pots de fleurs, sa synagogue… Très pittoresque (et du coup très touristique). Un bon endroit pour goûter la cuisine juive traditionnelle ! Ça change des tapas ! 😉

Rues de Cordoue

Dans les petites rues de Cordoue…

… une ville où on tombe sur des vestiges romains un peu partout. Depuis le splendide pont romain jusqu’aux colonnes d’un temple en plein centre-ville.

El Puente Romano, Córdoba

Le pont romain de Cordoue

… l’occasion de tester le hammam Al Andalus, qu’on retrouve dans les principales villes d’Andalousie mais que nous avons testé à Cordoue. Un vrai moment de délassement dans un décor magnifique.

En pratique

Córdoba au lever du soleil

S’y rendre

Comme souvent lors de notre voyage en Andalousie, nous avons rejoint Cordoue en voiture partagée via Blablacar. Amovens est son équivalent local et, si j’ai bien compris, ne prélève pas de commission.

Depuis Séville, vous pouvez également relier Cordoue en train ou en bus.

Où dormir ?

Nous avons trouvé une chambre chez l’habitant via Airbnb. Vous n’avez jamais utilisé cette plateforme ? Lisez mon article sur le sujet.

Si vous préférez séjourner à l’hôtel, on trouve des chambres à Cordoue à partir de 30 € la nuit.

Visites

  • Mezquita : entrée gratuite de 8h30 à 9h30 du lundi au samedi. 8 € p.p en dehors de ces heures.
  • Alcazar de los Reyes Cristianos : 4,50 € p.p. Fermé le lundi.

Poursuivez le voyage en Andalousie

Avec nos autres articles sur cette destination :

Pin

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...