Carnets de voyage

Un aperçu de Málaga

En mai, nous avons visité l’Andalousie lors d’un périple de 15 jours sans voiture. Première étape : Málaga. Nous n’avons passé que quelques heures et une nuit sur la Costa del Sol mais cela ne nous a pas empêché d’apprécier tout particulièrement cette première mise en bouche.

Comme toujours, sauf mention contraire, les photos et textes restent notre propriété exclusive. Pour plus d’infos, consultez notre disclaimer.

Vue du port de Malaga depuis l'Alcazaba

Quand on me parle de la « Costa del Sol », j’ai cette image pas très alléchante de plages bondées de touristes rougis de soleil qui se transforment en fêtards bruyants et vulgaires une fois la nuit tombée. C’est bien parce que nous ne trouvions pas de vol direct vers Séville à la date de notre départ que nous avons finalement décidé de commencer notre itinéraire andalou par Málaga. Le planning : arrivée fin d’après-midi, une nuit sur place puis départ le lendemain en début d’après-midi pour Grenade. Quelques heures en définitives et juste de quoi nous donner un bref aperçu de cette ville et limiter le risque d’être déçus. *SPOILER ALERT* : on a finalement vraiment adoré cette première étape.

Le décalage horaire espagnol

Le Paseo, Malaga

En partant, je craignais de ne pas vraiment m’adapter au décalage horaire espagnol. « Mais Fred, t’as abusé de sangria ou quoi, il n’y a pas de décalage horaire entre la Belgique et l’Espagne ?!? » me direz-vous. Eh bien peut-être pas officiellement mais officieusement si ! Manger à 22 heures, pour moi, cela tient du décalage horaire et de l’exploit pour mon estomac jamais rassasié très longtemps.

Pour patienter jusque-là et s’ouvrir l’appétit, les Espagnols ont une tactique : le « paseo ». En gros, cela consiste à se balader tranquillement entre amis ou en famille avant d’aller se restaurer. A notre arrivée à Málaga, nous avons donc fait comme tout le monde et rejoint le Paseo de España qui s’étend le long du port. Il y avait des enfants qui jouaient (notamment sur des structures géniales qui font de la musique), des musiciens, des couples, des familles, des cyclistes, des gens en segway, des groupes d’amis en terrasse, des photographes… On était samedi soir, l’ambiance était festive et détendue… et je n’ai pas vu le temps passer ! Au temps pour le décalage horaire espagnol !

Sunset over Malaga
Frédérique photographie Malaga

Tapas et sardines

Espeto de sardinas, Malaga

Culinairement, ce qui fait la renommée de Málaga, ce sont les sardines grillées. On les cuit traditionnellement sur la plage, dans une barque convertie en barbecue, sous forme de longues brochettes qu’on appelle « espeto de sardinas ». C’est très joli à voir et à photographier (même si on se demande comment ils font par cette chaleur) et franchement bon à manger, avec un morceau de citron et du sel.

Espeto de sardinas sur assiette, Malaga
La Malagueta, Malaga

Evidemment, il n’était pas question pour moi de visiter Málaga sans en goûter mais nous avons dû faire une croix sur notre idée d’en déguster le premier soir. Les marchands avaient déserté la plage avec les touristes… On s’est rattrapé le lendemain midi et, à la place, ce soir-là, nous avons dégusté nos premières tapas du voyage au resto « El Mesón de Cervantes ». Un choix judicieux, elles étaient savoureuses et élaborées. Avec une grande carafe de sangria, c’était parfait !

Poulpe, Malaga

L’Alcazaba de Málaga

Fontaine, Alcazaba, Malaga

C’est notamment ma curiosité pour le passé maure de l’Andalousie qui m’a poussée à faire ce voyage. C’est donc sans surprise que nous avons décidé, le lendemain matin, après avoir dégusté des churros con chocolate, de visiter l’Alcazaba qui surplombe la ville. Ce palais-forteresse date du XIème siècle et avait pour vocation de protéger Grenade des attaques des chrétiens.

Détail de colonne, Alcazaba, Malaga

Si l’Alcazaba de Málaga n’a pas le prestige de l’Alhambra ou de l’Alcazar de Séville, cela n’en reste pas moins une chouette visite à faire. Il n’y avait pas beaucoup de monde lorsque nous avons commencé la visite vers 10h et j’ai aimé observer à mon aise ces vieilles pierres, me poser dans les jardins et imaginer les histoires qui se sont jouées là-bas.

Enceinte de l'Alcazaba, Malaga
Un des bassins de l'Alcazaba, Malaga

Avec le recul, je me dis que nous avons fait le bon choix : celui de commencer par Málaga sans avoir été ébloui par Grenade ou Séville. Málaga aurait souffert de la comparaison alors qu’en fait, elle vaut la peine d’être appréciée pour elle-même. Si mes pas me portent encore dans la région, je me ferai un plaisir de la visiter un peu plus en détails en choisissant une période hors saison, comme cette fois, pour éviter les touristes rougeauds et bruyants !

Málaga en pratique

Cube design bizarre, Malaga

S’y rendre

Málaga est accessible en avion et desservie notamment par Ryanair.

Depuis Málaga, vous pourrez facilement rejoindre :

  • Grenade en bus ou covoiturage (1h45)
  • Cordoue (1h) et Séville (2h) en train
  • Ronda en bus (2h)
  • Tarifa en bus (3h)

A voir

L’Alcazaba de Malaga (2,20 € pour le ticket, attention c’est fermé le lundi) mais aussi le Castillo de Gibralfaro (qui se trouve juste en face), le Musée Picasso, la cathédrale… Depuis quelques années, Málaga joue clairement sur ses atouts culturels pour attirer les visiteurs et compte une foule de musées et d’expositions temporaires.

Bonnes adresses gourmandes

Chocolate con churros, Malaga
A ne pas manquer : les churros de la Casa Arranda

Cliquez sur les points de la carte pour voir nos recommandations.

Prolongez le voyage en Andalousie

En lisant nos autres articles sur cette destination !

You Might Also Like