en
Carnets de voyage

Sur la place Jemaa-El-Fna : le « postcast »

Cela faisait un petit temps que l’on ne vous avait plus proposé de « postcast », ces articles audio où l’on vous emmène en voyage avec nous en mots, sons et images. Voici enfin un nouvel épisode ! Cette fois, on vous emmène à Marrakech.

Jemaa-el-fna : la place vers laquelle semblent converger toutes les énergies. Si vous voyagez à Marrakech, impossible de ne pas y mettre les pieds. Où que vous vouliez aller dans la Médina, vous devrez probablement la traverser.

Impossible également de ne pas la trouver : pas besoin de signalétique ou d’une carte touristique, à chaque coin de la Médina, il y aura toujours bien un marchand ou un groupe d’enfants pour vous signaler que « the big square ! » « the big square ! », c’est par là. Comme si c’était l’unique lieu possible vers lequel vous souhaitiez diriger vos pas. Comme s’il n’y avait rien d’autre à voir à Marrakech. Un jour, alors que nous nous dirigions vers la Maison de la Photographie, on nous a interpellé à chaque croisement pour nous signaler qu’on marchait dans la mauvaise direction : la place Jemaa-El-Fna était à l’opposé. Comme si tout se passait là-bas, sur cette étendue, cernée de cafés, de restaurants et bordée de souks…

Jemaa-el-Fna, ça signifie…

La place des trépassés. Au XIIème siècle, comme sur la plupart des places du monde, on y exécutait les criminels. Aujourd’hui, il y règne une ambiance plutôt festive. Même si la place garde un côté plus sombre et funeste…

Les bourreaux d’aujourd’hui se déguisent en charmeurs de serpents et montreurs de singe. C’est un triste spectacle qui se joue pour quelques touristes prêts à se défaire de quelques pièces pour poser un cobra autour du cou ou un macaque sur l’épaule.

Un voyage dans le temps

À certains moments, en fermant les yeux, on pourrait se croire revenu au Moyen-Âge. Jemaa-el-Fna a un côté « cour des miracles ». On a l’impression que le même spectacle s’y joue chaque soir depuis la nuit des temps. Enfin, si on parvient à oublier le vrombissement incessant des scooters…

Les 1001 visages de Jemaa-El-Fna

J’ai vite compris qu’à chaque fois que je traverserais Jemaa-el-Fna, j’en découvrirais une autre facette…

Au petit matin, quand le soleil se lève, ce sont les marchands de jus de fruit qui règnent en maître. Ils sont déjà là, prêt à vous servir un jus de grenade fraîchement pressé.

Au fil de matinée, la température s’élève. Jusqu’à devenir accablante sur le coup de midi. La place n’offre aucun coin d’ombre. On se presse pour la traverser avec l’impression de se balader sur un grill géant.

L’après-midi, Jemaa-el-Fna somnole dans la chaleur puis se réveille vers 17h. Forains, camelots et artistes investissent les lieux. Des odeurs de méchoui commencent à s’élever. La foule arrive. Avec la nuit qui tombe, une ambiance de festival s’installe… On vous propose des tatouages au henné, des excursions, de l’artisanat, des jouets fluorescents… Des concerts improvisés se jouent un peu partout. Des rythmes berbères et Gnaouas s’élèvent dans la nuit.

 

Marrakech, quand je pense à toi, je revois Jemaa-El-Fna. Dans cette joyeuse cacophonie, je crois bien que j’ai entendu battre ton cœur…

 

Plus de postcasts

Si ce format audio vous plaît, découvrez les épisodes précédents.

Vous pouvez également vous abonner au podcast sur iTunes.

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...