Carnets de voyage

Randonnée insolite sur la boucle noire de Charleroi

Si vous aimez la randonnée et les ambiances industrielles ou post-apocalyptiques, voici de quoi vous donner des fourmis dans les jambes !  Nous avons parcouru le circuit de la Boucle Noire (sur le GR 412) à Charleroi. On vous livre notre compte-rendu en texte, en images et en podcast.

[Nous avons été invités au Novotel de Charleroi et à l’Atelier de la Manufacture Urbaine à l’occasion de ce reportage. Nous choisissons de vous en parler car nous avons apprécié leurs services. Le reste du contenu vous est présenté à titre personnel.]

Utilisez le player ci-dessous pour écouter notre podcast (reportage audio) ou rendez-vous sur SoundCloud. Vous pouvez également vous abonner au podcast sur iTunes et l’écouter directement sur votre appli préférée (j’utilise l’appli Podcasts disponible sur l’App Store mais il y en a d’autres, je vous explique tout sur notre podcast sur cette page). 

Sous mes yeux ébahis se joue un spectacle hallucinant : un énorme grapin métallique, qui ressemble à la gueule d’un dragon d’acier, se repaît de ferraille dans un vacarme assourdissant.

Spectacle impressionnant sur l’autre rive du chemin de halage.

Je me trouve sur un chemin de halage, en plein cœur de ce que l’on nomme « le ventre de la sidérurgie carolorégienne » : une succession d’usines et de sites industriels le long de la rivière (la Sambre). Certains abandonnés depuis longtemps. D’autres survivent encore… Pour combien de temps ?

Le métal rouillé se reflète dans la Sambre.

Des tags et des fresques s’alignent le long des rives. Le décor est post-apocalyptique. En fermant les yeux, j’ai l’impression de marcher dans les enfers…

Barbelés et tags…

Le côté urbex de la première partie du chemin.

Au bout du chemin de halage…

La boucle noire de Charleroi

Le sentier est bien balisé comme tous les GR ! On retrouve également ce petit autocollant à plusieurs endroits.

C’est le début du GR412 « la boucle noire » : un sentier de randonnée d’une vingtaine de kilomètres sur les traces de l’industrie minière et sidérurgique de Charleroi. Micheline Dufert et Francis Purcel, musiciens de la scène rock alternative des années 70 et 80, sont les concepteurs de ce tracé.

Dans le village, peut-être mais Charleroi compte énormément d’artistes !

En plus de l’itinéraire, ils proposent une play-list à écouter en marchant. Elle comprend notamment des morceaux de leur ancien groupe Kosmos de l’album « Kosmic music from the black country » ou encore de l’EP « Blackened Cities » de Melanie De Biasio (une artiste que je vous recommande d’écouter si vous ne la connaissez pas encore !).

Du quartier des bateliers au ruines du Martinet

Le quartier des bateliers

Après le chemin de halage, nous arrivons dans le quartier des bateliers. Plusieurs péniches sont amarrées… Nous échangeons quelque mot avec un monsieur qui promène son chien.

C’est incroyable. Je vous le dis, on ferait un roman ici !

Nous poursuivons notre chemin. Quelques kilomètres plus tard, le terril du Martinet apparaît à l’horizon.

En marchant vers le terril…

Autre témoin du passé industriel de la région, il nous accueille dans une toute autre ambiance. En grimpant vers son sommet, je m’émerveille. La nature a repris ses droits sur cette colline élevée par l’homme et constituée de résidus miniers. Sous mes pieds, le sol est couleur charbon.

La nature a repris ses droits sur cette colline artificielle.

Le sol couleur charbon.

En redescendant, nous faisons un détour par l’ancien site de charbonnage du Martinet. Il fut l’un des plus grands sites miniers des années 30. Ses vestiges abandonnés, le vieux bassin de décantation rempli d’eau gelée, nous rappellent combien les rêves industriels sont fragiles et éphémères.

Le site du Martinet avec, en arrière-plan, les tours de refroidissement de la centrale électrique d’Amercoeur.

Exploration des vestiges du site du Martinet

Certains éléments sont toujours en place et témoignent de l’activité intense de ce charbonnage.

Point de vue imprenable depuis les terrils

Pour la pause frite, on vous recommande Snack David à Roux !

Après une pause frites bien méritée, nous traversons un tunnel glauque, digne de « Walking Dead » et poursuivons par une petite promenade le long du canal.

Ambiance Walking Dead dans le tunnel glauque…

Pas très envie de m’éterniser ici !

Changement d’ambiance et promenade le long du canal…

Le canal joue les miroirs…

Celui-ci joue les miroirs… L’imposante tour de refroidissement de la centre électrique d’Amercœur s’y reflète particulièrement joliment.

Une des tours de refroidissement de la centre d’Amercoeur

Et puis nous partons de nouveau à l’assaut des terrils. Leurs sommets nous offrent un panorama imprenable sur Charleroi : ses tours, ses cheminées, ses sites industriels. Alors que nous admirons la vue, un rythme s’élève. Probablement un groupe qui répète, plus bas.

Panorama époustouflant sur Charleroi depuis le sommet du terril de Bayemont.

On passe des paysages industriels à de petits chemins comme celui-ci.

Une autre vue depuis le sommet du terril.

« Allez, on continue ? »

Décidément, Charleroi est pleine de surprises… Et si la Boucle Noire ne vous emmène pas dans des paysages naturels d’une beauté époustouflante, elle a tout de même le mérite de vous amener de surprise en surprise. Si vous en avez l’occasion, je vous recommande donc chaleureusement d’enfiler vos chaussures de randonnée et de partir explorer les sentiers et chemins de randonnée de Charleroi.

L’étrange beauté de la Boucle Noire…

En pratique

« La boucle noire » est un tracé qui emprunte une partie du GR 412 « Le chemin des terrils », un sentier de randonnée de 300 km qui traverse la Wallonie d’Ouest en Est au cœur des anciens bassins miniers.

Vous trouverez toutes les infos, la carte et le topo de la Boucle Noire sur le site Chemin des Terrils.

Comment se rendre à Charleroi ?

La Boucle Noire est particulièrement bien desservie par les transports en commun : le tracé débute à deux pas de la gare de Charleroi et des arrêts de bus ou de tram vous permettent de sauter certaines étapes ou raccourcir la randonnée si vous êtes fatigué(e).

Ravitaillement

Comme le sentier traverse plusieurs fois des zones urbaines, il n’est pas trop difficile de se ravitailler. Comme dit plus haut, on vous conseille la friterie Snack David juste avant le tunnel glauque qui se trouve ici !

Dormir à Charleroi

Si vous voulez faire l’intégralité du parcours et partir tôt, passer la nuit à Charleroi peut être une bonne option. Cela peut vous permettre aussi de combiner cette rando avec une visite des excellents musées de Charleroi comme le musée de la photo dont nous vous parlions ici.  Nous avons eu l’opportunité de tester gratuitement le tout nouveau Novotel Charleroi Centre qui est idéalement situé à Place Verte, à quelques pas de la gare. Il est juste au dessus du parking du centre commercial Rive Gauche si vous venez en voiture.

L’espace petit-dej’ du Novotel Charleroi Centre.

Nous avons beaucoup apprécié l’aménagement design de cet hôtel et l’accueil sympathique. Dans les couloirs, des citations sur le passé industriel de Charleroi habillent les murs.

Les citations des toilettes sont pas mal non plus ! 😀

Les chambres sont décorées avec goût et la literie est très confortable. La salle de bain ouverte est bien intégrée mais offre par contre une intimité limitée.

Une chambre qui invite au voyage au Novotel Charleroi Centre.

Côté petit dej’, le buffet est bien fourni et ouvre tôt (idéal pour partir randonner de bon matin).

Si vous passez dans le coin, on vous le recommande ! Vérifiez les disponibilités et réservez sur Booking.

Où manger / boire une bière après la rando ?

L’Atelier de la Manufacture Urbaine

Nous avons eu un vrai coup de coeur pour l’Atelier de la Manufacture Urbaine : une brasserie-restaurant qui a la particularité de brasser ses propres bières, torréfier son café, fabriquer son fromage et son pain. Le tout avec des ingrédients de première qualité et, dans la plupart des cas, issus des circuits-courts.

Les excellentes bières de la Manufacture Urbaine.

Niveau bières, le choix est au rendez-vous !

Laissez-vous tenter les yeux fermés par leur pain perdu: vous nous en direz des nouvelles! Nous avons également testé et approuvé leurs savoureuses lentilles aux légumes.

Ça c’est du pain perdu !!!

Poursuivez le voyage à Charleroi

Charleroi n’a pas bonne réputation. Et pourtant, il nous a suffit d’une visite pour avoir la certitude que l’on y reviendrait. Découvrez le compte-rendu de notre première visite à Charleroi et nos recommandations de visites.

Merci au Novotel Charleroi Centre et à ses partenaires (dont la Manufacture Urbaine) pour leur invitation à redécouvrir Charleroi ! Comme toujours, nous gardons toute liberté éditoriale sur le contenu de l’article et notre enthousiasme est sincère.

Pin

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...