Activités

6 idées d’activités à Québec et alentours

En guise d’introduction à notre voyage de 2 mois au Québec, nous avons passé quelques jours dans la ville du même nom. Si vous passez par cette jolie ville historique, voici quelques idées d’activités testées et approuvées !

« Québec, c’est joli mais on en a vite fait le tour ». Cette phrase, je l’ai entendue à maintes reprises dans les semaines qui ont précédé notre voyage. Mais les circonstances (comprenez : ma participation à une conférence se tenant dans l’emblématique château de Frontenac) ont fait que nous y avons passé plus de temps que la plupart des voyageurs. Et, comme souvent, plus on reste dans une ville, plus on découvre que, sous la surface, se cachent des trésors insoupçonnés.

Pour tout vous dire, je n’ai pas fait le tour des activités qui s’offrent aux voyageurs à Québec, loin de là ! J’ai visité la ville début mai 2018 : pas mal de lieux étaient encore fermés en attendant le retour des beaux jours et de la haute saison. La météo capricieuse nous a empêché d’en visiter d’autres pourtant bien prévues au planning.

Voici tout de même 6 expériences testées et approuvées à vivre à Québec et dans ses alentours immédiats.

1. Se promener dans le Vieux-Québec

C’est classique et c’est ce que se contentent d’ailleurs de faire la majorité des voyageurs de passage à Québec. Mais bon ! C’est un incontournable ! Le Vieux-Québec est d’ailleurs classé « joyau du patrimoine mondial » à l’UNESCO, excusez du peu.  

Le Vieux Québec est classé au patrimoine de l’UNESCO.

Pour un Nord Américain, les vieux quartiers de Québec ont une atmosphère délicieusement européenne. Ce voyageur s’émerveillera volontiers de la splendeur des hôtels particuliers et autres édifices vieux de quelques siècles. Pour un Européen habitué aux villes médiévales, le dépaysement historique est moindre. Mais il n’empêche que le vieux Québec a un charme certain !  

Le château de Frontenac.

Construits en hauteur (vous vous en rendrez rapidement compte si vous montez à pied), les vieux quartiers de Québec offrent des panoramas magnifiques sur le majestueux Saint-Laurent et l’île d’Orléans.  

Vue sur le fleuve Saint-Laurent depuis le Vieux Québec.

Quelques incontournables (liste non-exhaustive)

  • Le château Frontenac, l’hôtel le plus photographié au monde, moins vieux qu’il n’y paraît (il a été construit en 1892). Petite astuce du voyageur : il y a également un spot Wifi et des toilettes à l’intérieur 😀
  • La terrasse Dufferin, juste à côté du château, pour la vue.
  • La rue du Trésor, qui m’a rappelé l’atmosphère d’un mini Montmartre, avec ses peintres.
  • La Citadelle de Québec et les plaines d’Abraham, ancien champ de bataille devenu le poumon vert de la ville : vous pouvez y accéder en grimpant un peu plus haut à partir de la terrasse Dufferin (de quoi éliminer les calories de votre dernière poutine !).
Vue depuis les plaines d’Abraham.
N’hésitez pas à pousser la porte du château de Frontenac.

2. Faire une pause au Monastère des Augustines

Un des nombreux trésors du Monastère des Augustines.

Légué par la communauté religieuse des Augustines, l’ancien hôtel Dieu fût le premier hôpital de la partie du continent située au nord du Mexique. Fondé par une communauté de religieuses françaises (les Augustines), il a jeté les bases du système de santé québécois.  

Dans le musée du Monastère des Augustines.

Aujourd’hui reconverti en hôtel, musée, restaurant et centre de soins, d’activités bien-être (cours de yoga, etc.) et d’événements divers, le Monastère des Augustines est aussi un véritable modèle en matière d’écotourisme. Autant de raison d’aller y faire un tour !  

Pour en savoir plus, lisez mon article sur le Monastère des Augustines.  

3. S’offrir un food tour dans le quartier Saint Roch

Une crème molle trempée dans le chocolat fondu, un incontournable au Québec !

Ancien quartier ouvrier et industriel, le quartier Saint Roch s’offre une véritable renaissance depuis quelques années, suite à la mise en place d’une stratégie efficace au niveau politique pour sa réhabilitation.  

Aujourd’hui fréquenté par les étudiants en art et les employés de start-ups, le quartier Saint Roch regorge de cafés, restaurants, micro-brasseries et autres boutiques. À tel point que vous pouvez l’explorer avec un guide à l’occasion d’un food tour (une visite guidée gourmande) avec Local Quebec City Food Tours.  

Dégustation de « cheese cake » végétal au restaurant NESS.

J’ai testé ce food tour et il fait partie sans aucun doute de mon top des food tours auxquels j’ai participé au cours de mes voyages. Je ne vous dévoilerai pas ici la liste des arrêts gourmands que nous avons faits (ce serait vous gâcher la surprise) mais j’ai apprécié la variété des dégustations proposées, les explications de la guide sur l’histoire du quartier et du Québec en général, l’ambiance détendue et chaleureuse…  

Notez qu’il peut être adapté pour les végétariens ou pescitarien ou intolérant(e)s au gluten.

4. Découvrir la culture Huron-Wendat à Wendake

Totem à Wendake.

Les Premières Nations (c’est-à-dire les descendants des populations qui vivaient sur le territoire canadien bien avant l’arrivée des colons) développent une offre touristique de plus en plus étendue au Québec. Des initiatives qui leur permettent de promouvoir leur culture, de faire connaître leur histoire mais aussi de récolter des fonds pour subvenir aux besoins de leurs communautés.  

À quelques kilomètres du centre-ville de Québec, la réserve amérindienne de Wendake compte notamment un site de découverte de la culture Huron-Wendat, l’hôtel-musée des Premières Nations et la brasserie-restaurant Sagamité.  

J’ai appris énormément de choses lors de ma visite du site traditionnel huron Onhoüa Chetek8e : une bonne introduction pour comprendre un peu mieux l’histoire de la cohabitation des Premières Nations, des colons et de leurs descendants mais aussi de découvrir le mode de vie actuel des Premières Nations, loin des clichés, la manière dont ils préservent leur identité, les problématiques auxquels ils sont confrontés encore aujourd’hui… Le site comprend une reconstitution d’un village huron mais aussi une boutique où vous pouvez acheter des souvenirs produits par des artisans des Premières Nations.  

Notre très sympathique guide lors de la visite du site traditionnel huron.

J’ai visité (trop) brièvement l’hôtel-musée des Premières Nations (assez pour avoir envie d’y séjourner à une prochaine occasion) et terminé en beauté mon après-midi par la dégustation de la bière Kwe (une Ale blonde de maïs brassée spécialement pour Wendake) à la brasserie Sagamité. Si vous consommez de la viande, ne manquez pas la spéctaculaire spécialité de la maison : la potence, des brochettes de viande flambées.  

Vous l’aurez compris, je vous recommande vraiment de faire un crochet par Wendake à l’occasion de votre visite.

5. Partir à la rencontre des producteurs de l’île d’Orléans

Arrêt à la cidrerie Bilodeau sur l’île d’Orélans.

Si voyage rime pour vous avec découverte des produits du terroir, rendez-vous sur l’île d’Orléans, le garde-manger du Québec. Située à une dizaine de kilomètres de Québec, l’île se visite en voiture, en bus, à vélo ou encore, en scooter.  

Dégustation de nougat sur l’île d’Orléans.

En plus de ses atouts gourmands, l’île est aussi particulièrement charmante avec ses maisons historiques et ses panoramas sur le fleuve Saint-Laurent.   Pour en savoir plus, lisez mon article sur la découverte de l’île d’Orléans en scooter.  

6. Se rafraîchir aux chutes de Montmorency

La chute de Montmorency.

La météo nous a empêché de la voir lors de notre séjour à Québec mais nous avons pris notre revanche sur le chemin du retour vers Montréal, à la fin de notre road trip ! La chute de Montmorency mesure 83 mètres de hauteur, soit 30 de plus que les chutes du Niagara.

Une passerelle surplombe la chute.

Elle se situe dans un parc régional (l’accès en voiture est payant : 7,50 CAD) et peut-être approchée de différentes manières :

  • à pied, en gravissant des escaliers en bois qui mènent à une passerelle juste devant la chute
  • en téléphérique
  • et même : en Via Ferrata

Pour les accros à l’adrénaline, il y a même une tyrolienne qui permet de traverser l’anse de la chute.

Comme il y avait énormément de monde lors de notre visite (c’était le jour de la fête nationale du Canada et il faisait chaud !), nous n’avons pas gravi tous les escaliers. Nous nous sommes contentés d’admirer la chute depuis les premiers belvédères d’observation. La puissance de la chute est en tout cas très impressionnante : attendez-vous à être rincé !

Pour en savoir plus sur le Parc de la Chute de Montmorency, je vous invite à lire l’article de Lucie de Voyages et Vagabondages.

Poursuivez le voyage au Québec

… avec nos autres articles sur cette destination :

Autres articles à lire