Activités

Que faire à Édimbourg (à part visiter ses châteaux) ?

Envie de découvrir Édimbourg autrement ? Voici quelques idées glanées lors de notre dernier séjour dans la capitale de l’Écosse.

20 jours : c’est le temps total que nous avons passé à Édimbourg lors de notre récent voyage en Écosse. Un peu long pour un citytrip me direz-vous. En effet, si notre séjour sur place a duré aussi longtemps, c’est parce que nous avons joué les house & cat sitters pour Sophie, du blog et de l’agence de voyage en Écosse Ooh My World, et son mari, à l’occasion de leur voyage de noces (on en profite pour leur dire merci pour toutes leurs recommandations qui nous ont permis de dénicher quelques chouettes adresses citées ci-dessous).

La jolie Haggis, dont nous avons pris soin en l’absence de ses maîtres.

L’avantage de passer autant de temps dans une ville, c’est qu’on apprend à la connaître un peu plus en profondeur et qu’on a, du coup, beaucoup plus de découvertes à partager avec vous ! On vous livre ci-dessous quelques sorties et activités qu’on a particulièrement apprécié, en guise d’inspiration pour votre séjour à Édimbourg.

Une dernière précision avant d’entrer dans le vif du sujet : c’était notre second séjour à Édimbourg. Du coup, nous avons volontairement fait l’impasse sur certains « incontournables » (entendez le château d’Édimbourg et Holyrood Castle pour ne citer qu’eux) pour découvrir de nouvelles choses.

D’ailleurs, si vous voulez visiter le palais d’Holyrood, on vous conseille de réserver vos billets coupe-file en avance.

1. Faire une balade dominicale à Stockbridge

Ambiance champêtre en plein cœur d’Édimbourg.

Vous comprendrez vite, si vous passez un peu de temps à Édimbourg, que la capitale écossaise est loin d’être une ville uniforme. Ses quartiers ont chacun leur identité propre et une atmosphère bien particulière.

Beaucoup de maisons de style georgien dans ce quartier…

Stockbridge m’a un peu rappelé Notting Hill, à Londres, avec son ambiance bohème, ses petites boutiques et ses cafés branchés. C’est un quartier élégant et propret, avec de splendides demeures de style georgien et victorien. Un bon endroit, aussi, pour dénicher un souvenir original ou pour se faire plaisir en faisant les boutiques.

Un très bon petit resto thaï si vous passez dans le coin.

Si vous avez l’occasion de vous y rendre un dimanche, c’est parfait car c’est le jour du marché. Celui-ci n’est pas bien grand mais il est super qualitatif : vous y trouverez de quoi manger (avec plein d’options végé/vegan), des stands d’artisans et artistes locaux, des fruits/légumes de producteurs de la région…

Le marché de Stockbridge.

Après un petit tour sur le marché, on vous conseille de suivre la route pédestre qui longe la rivière Water of Leigh jusqu’à Dean Village, petit village fondé au XIIème siècle par les frères de l’Abbaye de Holyrood, pittoresque à souhait.

En chemin, vous longerez le St Bernard’s well, une sorte de mini temple de style romain érigé au-dessus d’une source thermale, autrefois renommée pour ses vertus médicinales.

Arrivée à Dean Village.

2. Prendre racine au Royal Botanic Garden

Royal Botanic Garden d’Édimbourg.

Les jardins botaniques d’Édimbourg comptent, paraît-il, parmi les plus beaux du monde. Ils s’étendent sur plus de 28 hectares et sont organisés en différentes zones thématiques.

Nous n’avons pas pu visiter les serres, dommage !

Malheureusement, nous nous y sommes rendus en fin de journée et n’avons pas pu visiter les magnifiques serres victoriennes. Mais nous avons pu flâner dans les jardins jusqu’à la fermeture et c’était déjà super agréable ! Si vous avez le temps, n’hésitez pas à aller vous y installer avec un bouquin et à profiter à fond des lieux (l’accès est gratuit, sauf pour les serres).

Plein de milieux naturels différents sont représentés au Royal Botanic Garden, dont des étangs…

Si vous avez une petite (ou une grande) faim, le restaurant The Gateway propose des Afternoon Tea et de très bons gâteaux et scones. Par ailleurs, la boutique vaut le détour.

Infos et horaires sur le site du Royal Botanic Garden

Le bon endroit pour bénéficier des bienfaits de la sylvothérapie ! 😉

3. Dénicher les tombes célèbres du Greyfriars Kirkyard

Détails des monuments funéraires du cimetière de Greyfriars.

Le cimetière de Greyfriars est l’un des plus populaires d’Édimbourg, pour plusieurs raisons :

  • sa situation, à deux pas de la vieille ville ;
  • son caractère gothique, plein de cachet et de détails morbides comme ces sortes de cages qui servaient à protéger les tombes des voleurs de cadavres ;
  • son histoire : il a servi de prison a un moment-clé de l’histoire de l’Écosse, les révoltes des Covenantaires ;
  • ses célébrités : on y trouve notamment la tombe de John Gray, un policier dont la tombe aurait été gardée nuit et jour pendant 14 ans par son petit chien, Bobby ;
  • sa légende : il est réputé hanté, notamment par l’esprit de George MacKenzie, un persécuteur de Covenantaires ;
  • son rôle dans la saga Harry Potter : J.K. Rowling s’est inspirée de quelques noms inscrits sur les tombes pour inventer ses personnages. On y retrouve ainsi la tombe d’un certain Tom Riddle (alias Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom).
Un autre détail…
Le cimetière de Greyfriars, c’est aussi un bel endroit pour se poser quand il fait beau !

Autant de raisons d’aller y faire un petit tour et de se perdre dans ses allées… Après la balade, les fans d’Harry Potter ne manqueront pas d’aller prendre un thé au Elephant House, un café fréquenté par J.K. Rowling pendant la rédaction de son manuscrit.

Arrêtez tout, on a retrouvé la tombe de Sirius Black !
Est-ce un esprit vengeur qui a fait ça ?

4. Randonner de Holyrood Park à Duddingston

En matière de parcs urbains, on fait difficilement mieux qu’Holyrood Park. Ce domaine royal de 260 hectares est un terrain de jeu idéal pour les amateurs de randonnées.

Non, non, on n’est pas dans les Highlands.

On peut y faire l’ascension de l’ancien volcan Arthur’s Seat, le plus haut point d’Édimbourg (251 mètres) ou grimper à l’assaut de ses falaises (les Salisbury Crags). Mais on peut aussi, tout simplement, se balader au gré de ses envies et profiter des magnifiques points de vue sur la ville.

Oui, on voit bien Édimbourg en fond.

Pour une chouette balade, vous pouvez combiner Holyrood Park et le village de Duddingston (vous trouverez un itinéraire de promenade en anglais ici).

Le Duddingston Loch.

À Duddingston, ne manquez pas le Dr Neils Garden, un jardin fondé par un couple de docteurs, aujourd’hui décédés, qui est un vrai petit bijou de tranquillité et sérénité. L’entrée est un peu cachée : il faut franchir une grille qui se trouve le long de la route sur la droite, après l’église de Duddingston. Une fois la grille franchie, vous vous dirigez vers la droite jusqu’à la grille du jardin proprement dit.

Dr Neil’s Garden, à Duddingston.

Pour terminer la balade par une bonne bière et un bon repas, on vous conseille le pub de l’auberge The Sheeps Heid, fondée en 1360 !

Et il y a même des options végé et vegan !

5. Explorer les rues souterraines d’Édimbourg

Au cours de son histoire, Édimbourg a subi de multiples transformations. D’étroites impasses, qui ont existé à l’air libre jusqu’au XVIIème siècle ont notamment été recouvertes pour laisser la place aux bâtiments du Royal Mile (comme le Royal Exchange).

Édimbourg regorge d’impasses (« closes »), dont certaines sont aujourd’hui sous terre.

Depuis 2003, l’une de ces impasses, Mary King’s Close, est ouverte au public dans le cadre de visites guidées très populaires. J’étais très curieuse de découvrir cette facette de l’histoire d’Édimbourg et nous avons donc réservé des tickets en ligne pour réaliser cette visite.

On n’a pas pu faire de photo à l’intérieur donc vous n’aurez que ça ! 😀

En pratique, la visite dure une heure et est donnée par un•e guide costumé•e. Les explications sont données en anglais mais des audio-guides sont à disposition si vous préférez avoir les explications dans votre langue. Les photos sont interdites.

Le prix est relativement cher (16,50 £ par adulte) mais j’ai trouvé que ça en valait la peine. On plonge littéralement dans l’histoire de la ville, on se rend compte des conditions de vie difficiles de ses habitants, quelques épisodes sombres et macabres comme l’épidémie de peste sont aussi abordés… Pour les amateurs de paranormal, on visite même une pièce réputée hantée par l’esprit d’une petite fille.

Si vous êtes claustrophobe, par contre, évitez. 😉

6. Flâner, manger et boire à Leith

Une fresque de l’artiste Elph sur Leith Walk.

Ancien quartier malfamé d’Édimbourg (c’est le quartier où se déroule Trainspotting…), Leith est en pleine métamorphose. L’ancienne zone portuaire est aujourd’hui parsemée de bons restos, de pubs et de cafés branchés et de boutiques originales. Pour prendre une image, Leith, c’est un peu le cousin punk de l’artiste bobo Stockbridge. 😉

Je n’ai pas d’itinéraire tout fait à vous proposer dans le quartier mais je vous conseille de vous balader sur le Shore, le long de la rivière, et sur Commercial Street. Arrêtez-vous surtout pour boire un verre, allez manger un morceau, bref vivez ce quartier !

Vue depuis le Shore.

Quelques adresses sympas à Leith

Pour goûter des bières brassées à Édimbourg, rendez-vous au Stewart’s Dockside Tap.
  • Harmonium : notre coup de cœur du voyage ! Un resto qui propose une cuisine absolument délicieuse et des bières locales dans une ambiance très chaleureuse et à des prix super raisonnables. La carte est 100% végétale mais tout est tellement bien exécuté et goûteux qu’on pourrait ne pas s’en rendre compte (testez le no-fish & chips, c’est vraiment bluffant).
  • East Pizza : délicieuses pizzas avec une pâte au levain et des garnitures originales. On s’est régalé !
  • Stewart’s Dockside Tap : la Stewart Brewing LTD est la brasserie locale d’Édimbourg. Ce tout petit bar ne paie pas de mine mais on vous conseille vraiment d’en franchir la porte si vous êtes amat•eur•rice de bonnes bières pour goûter leurs dernières créations.
  • Malt & Hops : si vous cherchez un pub écossais bien typique, on vous conseille celui-là !
  • The Hideout Café : un super chouette petit café accueillant et cosy. Parfait pour travailler quelques heures ou pour bouquiner.
  • Nauticus : un pub vraiment original qui propose de délicieux cocktails inspirés par l’histoire de Leith à base de whisky, gin ou même de vin !
Le Nauticus vaut le détour, pour sa carte comme pour le décor !

7. S’émerveiller des détails de la Rosslyn Chapel

L’entrée de la Rosslyn Chapel.

Bon, d’accord, la Rosslyn Chapel n’est pas située dans Édimbourg mais dans le village de Roslin, à une dizaine de kilomètres du centre-ville. Il faut compter entre 45 minutes et une heure pour s’y rendre en bus (le bus 37 à destination de Penicuik/Deanburn). Mais si vous en avez l’occasion, c’est une belle excursion à inclure dans votre programme.

Construite à partir de 1446, cette chapelle ne se distingue pas par sa taille, plutôt modeste, mais plutôt par le foisonnement incroyable de détails sculptés à l’intérieur comme à l’extérieur de ses murs. Certains de ces détails sont d’ailleurs empreints d’un certain mystère puisqu’on peut par exemple y observer des épis de maïs, sculptés bien avant la découverte des Amériques.

Rendue célèbre par son apparition dans le best-seller Da Vinci Code, cette chapelle exerce une fascination sur ses visiteurs depuis des siècles. De Robert Burns à Walter Scott jusqu’à la reine Victoria, nombreux sont celles et ceux qui ont succombé à son charme…

La visite de la chapelle coûte 9 £ (environ 10 € à l’heure où j’écris ces lignes). L’argent récolté lors des visites participe à l’entretien et à la rénovation du bâtiment, géré par une association. Retrouvez toutes les infos pratiques (en anglais) sur le site officiel de la Rosslyn Chapel.

Les photos/vidéos ne sont pas permises à l’intérieur de la chapelle.

8. Visiter Édimbourg sous forme de jeu de piste

Si vous visitez Édimbourg en famille ou entre ami•e•s et que vous aimez faire travailler vos méninges, on vous recommande le jeu de piste « Sous les pierres d’Édimbourg », imaginé par Sarah du blog French Kilt.

L’incontournable monument dédié à Walter Scott fait partie du parcours…

Ce jeu comprend 15 étapes et vous fera découvrir les sites majeurs de la capitale écossaise mais aussi de petites pépites cachées. Pour chaque arrêt, deux énigmes sont proposées avec deux niveaux de difficulté. Certaines réponses doivent être trouvées sur les lieux, d’autres font appel à vos propres capacités de déduction.

On serait certainement passé à côté du Dunbar Close Garden sans ce jeu de piste !

Dans la théorie, le jeu peut être réalisé sur une journée mais, pour l’avoir testé, je pense que c’est une bonne idée de le répartir sur deux journées et de s’interrompre pour réaliser quelques visites.

9. Frissoner au Surgeon’s Hall Museum

Last but not least, nous avons profité de ce séjour pour visiter un musée étonnant dédié à l’histoire de la chirurgie à Édimbourg. Si la simple vue d’une seringue vous donne des vertiges, abstenez-vous car vous ne resterez pas insensible à la vue des scalpels, scies pour amputation et surtout des multiples specimens exposés.

Au-delà du côté « gore », nous avons trouvé ce musée très intéressant. On y apprend une foule de choses sur la chirurgie, bien sûr, mais aussi sur notre rapport à la médecine et au corps médical.

Le billet d’entrée coûte actuellement 4 £ et les photos ne sont pas autorisées (raison pour laquelle nous n’avons rien pour illustrer ce paragraphe). Plus d’infos sur le site de Visit Scotland.

Visiter Édimbourg en pratique

S’y rendre

Année sans avion oblige, nous avons rejoint Édimbourg en bus. Si vous avez le temps et la motivation, c’est faisable !

Les bus National Express relient Londres à Glasgow et Édimbourg.

Pour le retour, j’ai testé l’option train qui est particulièrement sympa pour les superbes vues que le trajet offre sur les côtes de l’Écosse et du nord de l’Angleterre : comptez 4h30 pour relier Londres à Édimbourg. J’ai pu réserver mon billet (aller simple) pour 32 € via Omio. Depuis Londres, l’Eurostar permet de rejoindre facilement la Belgique ou la France.

Si aucune de ces deux options n’est envisageable pour vous, reste l’avion (mais c’est beaucoup moins original 😉 ). Pensez à compenser l’empreinte carbone de votre billet.

Se loger à Édimbourg

Si vous n’avez pas la chance, comme nous, de pouvoir profiter d’une opportunité de housesitting, vous trouverez une foule d’options d’ hébergement à Édimbourg sur Booking.com.

Au niveau du budget, comptez aux alentours de 60 € par nuit pour une chambre double dans une guesthouse ou un petit hôtel. Vous pouvez trouver moins cher en hostel si vous êtes prêt•e à dormir en dortoir.

N’hésitez pas à regarder les options du côté du quartier alternatif de Leith qui reste au final très proche du centre.

Se déplacer dans Édimbourg

Si votre hébergement se situe dans le centre, vous pourrez vous déplacer principalement à pied. Pour les trajets plus longs, vous pouvez prendre le bus.

Prendre le bus à Édimbourg coûte 1,70 £ par trajet. Une carte adulte pour une journée coûte 4 £. Retrouvez tous les tarifs ici.

Vous pouvez payer :

  • dans le bus, en cash : attention, il faut payer avec le montant exact, les chauffeurs ne rendant pas la monnaie ;
  • dans le bus avec une carte Visa contactless : attention, il faut une carte de crédit par voyageur) ;
  • via l’application mobile officielle M-tickets : on a testé et ça fonctionne plutôt bien. Il faut cependant acheter des tickets pour un montant minimum de 4 £ (vous pouvez en acheter plusieurs et les activer au fur et à mesure). À télécharger sur l’App Store ou Google Play.

Si vous restez suffisamment longtemps, il peut être intéressant d’envisager d’investir dans une Ridacard qui vous permet de voyager à volonté sur le réseau. La carte pour une semaine coûte 19 £. Vous pouvez la demander dans l’un des travelshops de Lothian Bus.

Manger à Édimbourg

Quel que soit votre régime alimentaire, vous ne devriez avoir aucun problème à trouver de quoi vous sustenter à Édimbourg tant l’offre est large et variée.

Pour vous faire une idée du budget, voici quelques exemples de ce que nous avons payé :

  • Deux cafés/thés et une part de gâteau chacun : 14 €
  • Deux patates farcies à emporter : 16 €
  • Deux pizzas au resto avec une boisson chacun : 32 €
  • Un resto vegan à deux avec un plat, une boisson chacun et un dessert partagé : 40,21 €
  • Deux plats dans un pub avec une boisson chacun : 42,47 €

Attention, même si les pubs restent ouverts tard, les cuisines ferment relativement tôt (22h au plus tard, parfois 21h).

Poursuivez le voyage en Écosse

Vous envisagez d’explorer les Highlands avant ou après votre passage à Édimbourg ? Découvrez le compte-rendu détaillé de notre roadtrip de 11 jours dans les Highlands et sur les îles d’Écosse.

Pin

You Might Also Like