Carnets de voyage

Quand des Liégeois voyagent… au Pays de Liège

On ne le répétera jamais assez : pour voyager, pas besoin de parcourir des milliers, ni même des centaines de kilomètres. Le voyage commence, littéralement, sur le pas de votre porte. D’ailleurs, pour notre dernière escapade de l’année, on a été faire un petit tour chez nous, en province de Liège…

Ce voyage a été réalisé sur une invitation de Liège Tourisme. Comme toujours, nous gardons toute liberté éditoriale sur le contenu de l’article et notre enthousiasme est sincère. 

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, Karl et moi sommes tous deux nés à Liège. Nous avons grandi dans des petits villages de la province du même nom, étudié dans la banlieue liégeoise et nous vivons depuis plus de 10 ans en plein cœur de la Cité Ardente. Au vu de tous ces éléments, on pourrait raisonnablement croire que le Pays de Liège n’a plus de secret pour nous. Eh bien, force est de constater que ce n’est pas le cas !

Il faut faire notre mea-culpa : pendant (trop) longtemps, nous avons préféré voyager loin, dans des destinations qui nous semblaient dépaysantes ou exotiques. Nos excursions en Belgique étaient l’exception. En cette fin d’année 2018, nous avons envie d’inverser la tendance : voyager près, plus souvent, et faire des voyages lointains des exceptions. D’abord parce qu’il y a une multitude de belles découvertes à faire tout près de chez nous et ensuite parce que nous avons de plus en plus conscience de l’impact écologique du tourisme et donc, de notre propre comportement.

C’est donc sans hésiter que nous avons répondu « présent » à l’invitation de Liège Tourisme de redécouvrir notre province, le temps d’un week-end. Nous avons établi le programme ensemble et concocté un itinéraire vraiment sympa qui mêle découvertes insolites et valeurs sûres, culture et gastronomie, nature et patrimoine, histoire et divertissement. De quoi vous inspirer, on l’espère, à venir nous faire un petit coucou à Liège un de ces jours !

Jour 1 : nature et détente

Manger bouger avec la Fromenade

Vendredi matin, on met le cap sur Stoumont, à une quarantaine de kilomètres de Liège, pas très loin du circuit bien connu de Spa-Francorchamps. Nous avons rendez-vous avec Séverine et Christophe, les fondateurs de la Fromenade.

Le concept ? On vous fournit un sac de rando contenant tout le matériel nécessaire et les ingrédients pour déguster une fondue au fromage en pleine nature. Vous embarquez le tout, vous marchez quelques kilomètres en forêt (Séverine et Christophe vous suggèrent des itinéraires) et vous vous arrêtez où vous le souhaitez pour déguster. Un pique-nique champêtre amélioré, en quelque sorte.

Voilà le type de paysage à deux pas de chez Christophe et Séverine…

« On a testé un concept similaire en Suisse et on s’est dit ‘Pourquoi pas chez nous ?’. On a les paysages, les fromages, on y va, on fonce ! », nous explique Christophe en nous remettant le sac et en nous donnant les instructions. Il faut dire que ce serial-entrepreneur n’en est pas à ses débuts. Sa première entreprise est un service de location d’articles Fatboy qui fonctionne du tonnerre.

Mais revenons à notre fondue. Côté équipement, c’est ultra-simple : on reçoit un réchaud au gaz avec un pare-vent métallique, un caquelon, un allume-gaz, les couverts. Côté ingrédients, on reçoit nos fromages coupés en petits dés (on a opté une fondue traditionnelle avec trois fromages régionaux : Saint-Servais, Valèt et Boû d’Fagne), le vin blanc pour la cuisson et celui à déguster (un vin wallon aussi ! Du Domaine des Marnières plus précisément), de l’ail en poudre et de la maïzena (à utiliser si on le souhaite) et une baguette. On reçoit aussi un sac où mettre les déchets et les couverts sales qu’on remettra avec tout le matériel en fin de balade.

Tout le matériel et les ingrédients de notre pique-nique sont dans ce sac !

Une fois équipés, on se met en route en suivant les instructions de Christophe. C’est une belle journée d’automne et les couleurs sont magnifiques. On vit un petit moment de magie lorsqu’une nuée d’étourneaux passe au-dessus de nos têtes en formation serrée. On traverse un joli bois, on longe un petit ruisseau, Karl prend le temps de photographier une superbe amanite tue-mouche…

Petite photo en chemin…

On finit par s’installer sur un petit banc face à une prairie pour préparer notre fondue. La préparation est aussi facile que prévu et on se régale tout en savourant la quiétude des lieux et la beauté du paysage. Les fromages proposés sont super bons et la portion copieuse. Le vin est particulièrement savoureux également. Testé et approuvé donc !

Préparation de notre pique-nique de luxe.

On peut presqu’imaginer l’odeur !

L’estomac bien rempli, on prend le chemin du retour. Une fois le sac ramené, on se met en route pour Chaudfontaine.

Une dernière photo du paysage pour conclure 🙂

Pause wellness au Château des Thermes

La ville de Chaudfontaine doit son nom à la présence naturelle de sources d’eau chaudes dans son sous-sol. Wikipedia m’a d’ailleurs appris que Victor Hugo la surnommait « la violette des stations thermales » (ne me demandez pas pourquoi violette, je ne sais pas !).

Au Château des Thermes, on peut profiter des bienfaits de ces eaux thermales. J’avais déjà eu le plaisir d’y passer une après-midi il y a quelques années. J’étais donc ravie de pouvoir ré-itérer l’expérience. D’autant que les infrastructures se sont développées depuis.

Le bain thermal extérieur, un peu délaissé car il faisait froid ce jour-là !

L’espace thermal comprend un bain thermal extérieur à 32° (j’y suis allée très brièvement car il faisait très froid dehors :-D), une piscine d’eau thermale intérieure, des jacuzzis, saunas, hammams… Jusque-là, c’est plutôt classique. Mais il y a aussi un bain musical (sorte de jacuzzi avec des hauts parleurs en forme de coquillages qui diffusent de la musique sous l’eau), une cabine de sel avec des chaises longues chauffantes (bonheur pour mon petit dos), un espace de relaxation avec des tentes suspendues et des chants d’oiseaux…

Si vous me cherchez, je suis dans mon petit nid suspendu.

À l’arrivée, on vous fournit un peignoir de bain, une serviette de bain, des chaussons mais aussi un sac en plastique imperméable très pratique pour emmener votre livre avec vous par exemple. Il y a aussi une petite bouteille en plastique de Chaudfontaine, of course. Bon, on n’est pas encore à l’heure du zéro déchet, dommage.

La cabine de sel, avec chaises longues chauffantes. Mon dos leur dit merci !

Nous avons testé la formule « Soirée Champagne » qui comprend un accès aux thermes de 16h30 à 20h, suivi d’un repas gastronomique 3 services avec une coupe de champagne (valeur : 95 € par personne). Au niveau rapport qualité-prix, c’est un très bon deal et une bonne idée pour un moment précieux en amoureux. En ce qui nous concerne, on a passé un excellent moment !

Le jacuzzi sous les étoiles, c’est cool (mais il fait froid quand on en sort).

Les menus proposés de base par le restaurant ne sont pas végétariens mais l’équipe nous a proposé une adaptation végé du menu qui était très bonne (on vous conseille de prévenir à l’avance si vous souhaitez un menu particulier). On reste tout de même un peu étonné qu’à notre époque, un établissement dédié au bien-être ne propose pas de base de plats végétariens et/ou adaptés aux intolérances alimentaires. À ce niveau-là, il faut bien admettre qu’on est toujours un peu à la traîne en Wallonie par rapport à d’autres pays qu’on a eu l’occasion de visiter.

Nuit au far west à Western City

On aurait pu loger au Château des Thermes mais on avait envie de tester quelque chose de plus original.

Bienvenue au Far West !

À 5 minutes en voiture du Château des Thermes, on a trouvé notre bonheur au ranch Western City, qui propose une immersion dans l’univers far west. On a dormi dans la chambre d’hôte « Monument Valley ». Lit en bois, literie aux motifs amérindiens, attrape-rêve et aigle royal en bois, CD de musique des Premières Nations dans la chaîne Hi-Fi : tout est là. Bon, on n’est clairement pas dans le clin d’oeil subtil et certains trouveront sans doute ça too much mais on a super bien dormi et le petit dej’ servi en chambre était juste excellent. Dans la salle de bain, il y avait aussi un bain bulle que l’on n’a pas testé vu qu’on revenait des thermes.

Une des peintures dans notre chambre.

En dehors de l’hébergement, Western City organise régulièrement des spectacles équestres, des balades à cheval ou encore des soirées dansante au saloon. Avec des enfants, c’est vraiment sympa. N’hésitez pas à aller y faire un tour.

Petit tipi à l’arrière de notre chambre.

Jour 2 : patrimoine, culture et divertissement

Voyage à 60 mètres sous terre à Blegny-Mine

Cela fait des années que l’on se répète qu’il faut qu’on visite Blegny-Mine, un site Unesco à quelques kilomètres à peine de chez nous. Voilà qui est enfin fait ! Sérieusement, on se demande pourquoi on a attendu si longtemps tant cette visite était intéressante, marquante et émouvante.

Le site de Blegny Mine.

Encore en activité jusqu’en 1980, ce site d’extraction du charbon était déjà exploité au XVème siècle. Très vite après sa fermeture, il est reconverti en site touristique. C’est aujourd’hui l’une des quatre seules mines à charbon d’Europe dont les galeries souterraines sont accessibles via le conduit d’origine. Lors de la visite, on descend en ascenseur à -30 mètres puis, via un escalier, à -60 mètres et on termine la visite en haut de la tour où s’effectuait le triage et le lavage du charbon.

Descente à 30 mètres sous terre.

Le site est très impressionnant en lui-même. On a beau avoir tous entendus parler de la mine dans nos familles, à l’école, dans les médias, c’est tout autre chose d’y descendre et de s’imaginer sur place quelle devait être la réalité du travail des hommes, des femmes (oui, oui, elles ont aussi travaillé dans la mine) et des animaux (les chevaux notamment) qui ont fait partie de cette industrie.

Les escaliers pour descendre à -60 mètres.

Mais ce qui a rendu notre visite encore plus exceptionnelle, ce sont les récits de notre guide, Antonio. Cet ancien mineur a commencé sa carrière très jeune, au Portugal, dans une mine de tungstène. À l’âge de 20 ans, il a quitté son pays pour la Belgique, avec l’espoir de gagner suffisamment d’argent pour s’assurer une vie confortable et revenir dans son pays quelques années plus tard (malheureusement, ça ne s’est pas réalisé…). C’est dans la mine de charbon Waterschei, en Flandre, qu’il travaille pendant 18 ans, jusqu’à sa fermeture, en 1988. On lui propose alors de devenir guide à Blegny-Mine et de transmettre son histoire aux visiteurs, ce qu’il fait avec la même passion depuis près de 30 ans.

Antonio, un guide exceptionnel !

Et s’il ne cache pas les côtés sombres et terribles de l’industrie minière, il tient à partager aussi des souvenirs heureux. « Vous savez, la mine c’est un puit. Et pour moi, on y trouve des belles choses comme des choses mauvaises. Moi je pense qu’au fonds, il y a plus de bons souvenirs que de mauvais. »

Sainte Barbe, la patronne des mineurs. Antonio nous a expliqué que lorsqu’une des ampoules était défaillante, on interprétait cela comme un mauvais présage. Il arrivait que les premiers arrivés remplacent en douce l’ampoule pour éviter de perdre une journée de travail et donc, de salaire.

Je ne vous raconterai pas tout ce qu’Antonio nous a décrit. Je pense que c’est une expérience qui doit se vivre plutôt que de se raconter. Cette visite en tout cas nous a beaucoup marqués et je vous encourage vraiment à visiter ce site si vous en avez l’occasion.

Le charbon marque l’histoire de notre région.

Pause gourmande chez Les Cuistots

Après cette visite émouvante, direction le centre-ville de Liège pour se restaurer dans un établissement qu’on connaît déjà et qu’on aime beaucoup : Les Cuistots, un bar à mezze. Necmettin Ak, le patron, prépare chaque jour un éventail de préparations savoureuses et colorées aux saveurs orientales. Différentes formules sont proposées, dont un assortiment végé disponible en plusieurs « tailles », selon votre appétit.

On aime beaucoup les tables avec vue sur la rue des Mineurs et la place du Marché.

Le contenu des assiettes varie à chaque visite, selon les préparations du jour mais les assiettes sont toujours pleines de couleurs et de saveurs. En dessert, ne manquez pas le baklava avec sa boule de vanille. Vous nous en direz des nouvelles !

Rien que de voir la photo, j’ai faim !

Ce qui est assez surprenant également, c’est l’aménagement des lieux. Si, dans l’assiette, les saveurs orientales sont à l’honneur, la déco très épurée est plutôt d’influence scandinave.

La déco de style scandinave de chez Les Cuistots.

Au cœur de l’actu à la Cité Miroir

Si vous vous intéressez aux grands enjeux de société et que vous aimez visiter des expos qui font réfléchir, on ne peut que vous encourager à faire un tour à la Cité Miroir si vous passez par Liège. Cet espace exceptionnel a été aménagé sur le site de bains et thermes construits dans les années 30 (un peu comme le Musée d’Art La Piscine à Roubaix dont je vous parlais ici), à l’initiative de plusieurs associations. En plus des expos, on peut y voir des spectacles, des concerts ou encore assister à des conférences…

Expo World Press Photo 2018 à la Cité Miroir.

World Press Photo à la Cité Miroir.

Lors de notre passage, l’expo World Press Photo 2018 y était présentée. Résultat d’un concours international de photojournalisme, cette expo permet d’admirer des clichés qui reflètent l’actualité marquante et les grands enjeux de société de l’année écoulée.

Un aperçu de la scénographie.

Chaque photo ou groupe de photos est accompagnée d’une légende qui permet de comprendre le contexte. C’est en même temps superbe, inquiétant, interpellant et émouvant. Je vous invite vraiment à voir cette expo si vous en avez l’occasion !

Et puis, on a fait un casse

Oui, oui, avec toute l’équipe en plus : Élise et Sophie ont participé aussi et on a volé un super gros diamant dans le coffre d’une banque près de la cathédrale.

Bon, vous vous en doutez, c’était « pour du faux » (même si, franchement, dans le feu de l’action, je m’y croyais vraiment !). On a en fait testé l’Evasion Room, un jeu d’équipe grandeur nature où vous êtes enfermés dans un espace avec des énigmes à résoudre dans un temps limité.

Le logo d’Evasion Room. On n’a pas de photos du jeu en lui-même puisque les téléphones et appareils photo y sont interdits (pour ne pas spoiler !).

Notre scénario se déroulait dans les ’70s et notre mission constistait donc à faire un casse dans les locaux d’une banque. Je ne vous raconterai évidemment pas les détails de notre aventure (je ne vais pas vous spoiler) mais je vous dirais juste qu’on s’est super bien amusés et qu’on a accompli la mission dans les temps. Ce qui nous a d’ailleurs valu l’opportunité de nous inscrire pour un championnat national d’escape game. 😀

J’ai eu l’impression de me retrouver dans un jeu d’énigmes comme ceux auxquels j’aimais jouer sur l’ordi quand j’étais ado (style Myst par exemple). Le scénario était prévu de sorte à ce que chaque participant doive activement contribuer pour accomplir la mission. Bref, on a passé un super moment !

La Yummy Team dans toute sa splendeur 😀

Resto végé chez Come En Casa

Comme dans les BD d’Astérix, cette histoire se clôture comme il se doit par un festin. Et pas n’importe quel festin : un festin 100% végétarien dans un de nos restos préférés de la Cité Ardente, Como En Casa.

Mmmm la burrata de chez Como En Casa.

Situé dans une petite rue du quartier Hors Château, ce restaurant propose un menu composé de produits de saison travaillés avec sensibilité et assemblés dans des assiettes savoureuses. On combine à l’envi entrées chaudes ou froides, plats réconfortants, pâtes et desserts. Des options vegan sont également proposées.

En plus du contenu de l’assiette, j’aime beaucoup le cadre de ce restaurant spacieux et lumineux, avec une cuisine vitrée  qui offre un aperçu de l’élaboration des plats.

J’aime beaucoup l’atmosphère de ce restaurant.

Un week-end à Liège, en pratique

Si cet article vous a donné envie de venir nous faire un petit coucou, voici quelques infos pratiques. Vous trouverez plein d’autres infos et outils pour préparer votre séjour sur le site de Liège Tourisme.

Comment venir ?

En train (il y a 3 gares à Liège), en bus (Flixbus par exemple) ou en voiture. Le covoiturage Blablacar fonctionne pas mal vers Liège depuis la France (il y a pas mal de Français qui étudient à Liège).

Si vous voulez vous déplacer en dehors du centre-ville, ça peut être pas mal de louer une voiture. Vous pouvez aussi vous déplacer en bus.

Où dormir ?

On vous a parlé dans l’article de Western City. Dans le centre de Liège, l’hôtel Neuvice est particulièrement bien situé. Si vous avez envie de dormir chez l’habitant, on a visité récemment la chambre d’hôte « Dormir en altitude« , qui a l’air pas mal du tout !

 

Pin

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...