Carnets de voyage

Pourquoi vous devez programmer un citytrip à Bologne

Vous cherchez des idées de citytrip en Italie ? Si vous n’avez pas encore mis les pieds à Bologne : foncez ! Rome, Venise ou Florence lui font de l’ombre, mais la cité universitaire regorge de trésors et a su préserver son authenticité.

Il y a quelques années, nous avons découvert Bologne à l’occasion d’une collaboration avec l’office du tourisme d’Émilie-Romagne. Le coup de foudre a été immédiat : elle est devenue sur le champ l’une de nos villes préférées en Europe ! Karl et moi y avons séjourné à plusieurs reprises et nous savons pertinemment bien que nous y retournerons encore et encore…

À chaque séjour à Bologne, nous faisons de nouvelles trouvailles… tout en gardant l’impression de n’en gratter jamais que la surface, tant elle a de choses à offrir.

Cet article est un condensé de nos recommandations, bonnes adresses et conseils. Nous le mettons régulièrement à jour. N’hésitez pas à nous donner vos bonnes adresses en commentaire !

Bologne, ça ressemble à quoi ?

La Piazza Maggiore de Bologne

La première fois que je me suis rendue à Bologne, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Pour moi, Bologne, c’était surtout « le processus de Bologne », cette réorganisation de l’enseignement supérieur européen qui m’a détournée de l’université en m’imposant une année de passerelle. Pas vraiment de quoi me faire rêver de voyage…

Bologne n’a pas la renommée de Florence, de Venise ou de Rome. Naïvement, je me disais qu’elle ne présentait sans doute pas beaucoup d’attrait et qu’il n’y aurait pas grand-chose à y voir.

Et pourtant, en traversant pour la première fois la Piazza Maggiore (la place principale de Bologne), je suis immédiatement tombée sous le charme de la ville. Son architecture, avec ses arches et passages couverts (aussi pratiques en cas de soleil que de pluie), ses nuances de rouge, son ambiance à la fois festive et culturelle, son histoire, son amour de la gastronomie (bien sûr !), son dynamisme, son esprit contestataire… Tout cela vous enveloppe immédiatement, dès que vous posez le pied dans la vieille ville. Bologne, c’est un concentré de saveurs ! Et tout ça, sans les cars de touristes et les forêts de selfie sticks qui pullulent dans d’autres villes italiennes plus courues.

Pas de forêt de selfie sticks en vue sur la Piazza Maggiore !

Que visiter à Bologne ?

Tellement de choses ! Que vous soyez féru•e d’histoire, fan d’architecture, passionné•e de photographie ou gourmand•e, vous aurez amplement de quoi vous occuper.

Si vous souhaitez visiter quelques musées et profiter d’une visite guidée de la ville, on vous conseille d’investir dans la Bologna Welcome Card. La formule à 20 € vous donne accès pendant 48 h à une foule de musées, comprend une visite guidée et l’accès à la tour Asinelli.

La Bologna Welcome Card vous donne accès à une foule de musées et monuments.

La vieille ville

Se promener dans la ville le nez en l’air pour admirer ses splendides monuments historiques, pousser la porte des nombreuses églises, aller prendre une photo de la petite Venise consacrée par Instagram, faire la chasse aux tags… Tout cela est gratuit ! Et cela vaut la peine d’y passer du temps.

La petite Venise de Bologne est une fenêtre qui donne sur un ancien canal. Charmant, non ?
  • Pour découvrir les bons spots de Bologne, sélectionnés par les habitant•e•s, on vous conseille la carte USE-IT (en anglais), disponible gratuitement sur place à l’office du tourisme ou à télécharger avant votre voyage.
  • Si vous privilégiez les rencontres et les échanges de vive voix, vous pouvez également faire appel à un guide local pour vous faire visiter Bologne.

La basilique Santo Stefano

Santo Stefano vue de l’extérieur

Si vous ne devez visiter qu’un édifice religieux à Bologne, visitez celui-là !

Déjà jolie de l’extérieur, la basilique Santo Stefano est encore plus surprenante à l’intérieur puisqu’il s’agit en fait d’un véritable complexe composé de plusieurs églises et cloîtres. La cour intérieure est une oasis de tranquillité et de sérénité où l’on n’a qu’une envie : sortir son bouquin et y rester des heures.

Cerise sur le gâteau, l’entrée est gratuite ! Il serait dommage de ne pas en profiter…

À l’intérieur du sanctuaire
Calme et sérénité dans le cloître
Et toujours cette brique rouge…

La tour Asinelli

La tour Asinelli est vertigineuse !

Impossible de manquer les deux tours penchées qui s’élèvent en plein centre historique de Bologne. Le « due torri », c’est un peu les twin towers du Moyen-âge. La tour Asinelli, la plus grande des deux, culmine à 97,2 mètres de haut ! Sa voisine, la tour Garisenda, ne mesure « que » 47 mètres.

Il est possible de grimper au sommet de la tour Asinelli par un vieil escalier de bois de 498 marches. Pour tout vous avouer, je me suis arrêtée à la moitié de l’ascension pour cause de vertige. Karl, par contre, est allé jusqu’au sommet et en a ramené le cliché d’une vue panoramique imprenable sur la ville.

Bologne, vue du sommet de la tour Asinelli

Petite anecdote : on dit que les étudiant•e•s qui grimpent au sommet de la tour Asinelli ne seront jamais diplômés. Raison pour laquelle ils attendent généralement jusqu’à la fin de leurs études pour le faire. 😀

Le palais de l’Archiginnasio et le théâtre anatomique

On passerait des heures à admirer la splendeur des plafonds du palais de l’Archiginnasio.

Bologne compte une multitude de palazzi pour la plupart tout simplement magnifiques. Parmi ceux-ci, il y a l’Archiginnasio, ancien auditoire de l’Université, qui est un vrai régal pour les yeux.

Ne manquez pas le théâtre anatomique où l’on réalisait autrefois des autopsies publiques et ses impressionnantes sculptures d’écorchés qui ne dénoteraient pas dans la demeure de la famille Bolton (les fans de Game of Thrones comprendront…).

Le théâtre anatomique

Le Museo della Storia de Bologna

Encore un palazzo ! Celui-ci abrite le musée de l’histoire de Bologne. Loin d’être ennuyeux, ce musée à la scénographie soignée revient sur les temps forts qui ont forgé l’identité de la ville.

Si vous avez le temps (ou s’il fait trop chaud pour se promener à l’extérieur => c’est du vécu !), n’hésitez pas à vous munir de l’audioguide et à plonger pour quelques heures dans le passé de Bologne. Cela vaut le coup !

Découvrir l’histoire de Bologne au Palazzo Pepoli
  • Le ticket d’entrée pour le Museo della Storia di Bologna coûte 10 € et comprend l’audioguide. Il est inclus dans la carte Bologna Welcome.
  • Avec votre ticket du Museo della Storia, vous pouvez accéder aux autres musées et expos de Genus Bononiae (une association de musées de la ville) à prix réduit dans les 6 jours qui suivent votre visite.
  • Consultez les horaires et infos d’accès sur le site officiel de Genus Bononiae.
  • Découvrez les avis d’autres voyageurs sur TripAdvisor.

Le sanctuaire de San Luca

Érigé au sommet d’une colline, le santuario della Madonna di San Luca est dédié à la vierge Marie. On y accède à pied via un portique d’une longueur d’environ 4 kilomètres (le plus long du monde), composé de 666 arches (rien que ça !). Ça grimpe sec et quand il fait chaud, c’est assez crevant, mais cela vaut clairement l’effort !

Le portique qui mène vers le sanctuaire de San Luca.

Tout en haut, on arrive à une église du XVIIIème siècle et une esplanade qui offre non seulement une vue sur Bologne, mais aussi sur des paysages bucoliques qui font oublier qu’on se trouve à deux pas de la ville.

La vue depuis le sanctuaire de San Luca.
  • L’accès au sanctuaire en lui-même est gratuit (consultez les horaires d’ouverture sur le site de Bologna Welcome). On peut accéder à une terrasse panoramique en échange d’une donation de 5 €. Je me suis contentée de la vue d’en bas, c’était déjà très bien !
  • Si vous ne pouvez/voulez pas marcher jusque-là, sachez qu’il existe un petit train touristique qui fait la navette.
  • Des Bolonais nous ont indiqué qu’ils préféraient nettement la vue depuis San Michele in Bosco (accessible via le bus 30), un autre complexe religieux situé sur une colline. Nous n’avons pas encore testé mais les avis sur TripAdvisor sont plutôt élogieux.

D’autres petites choses à ajouter à votre to-do list pour Bologne

Parce qu’un voyage, ce n’est pas que des visites, voici une petite liste tout à fait subjective d’expériences à ne pas manquer à Bologne (oui, je sais, il n’y a presque que des expériences en rapport avec la bouffe mais c’est Bologne après tout !) :

Goûter consciencieusement toutes les sortes de pâtes

Les emblématiques tagliatelle al ragù

Bologne est l’épicentre de la gastronomie italienne. Sa grande spécialité : les pâtes. Tagliatelle al ragùtortellini in brodo (petites pâtes farcies de viande et servies dans un bouillon), tortelloni ricotta-épinard au beurre de sauge… Régalez-vous !

Mais surtout, ne commandez JAMAIS pas de spaghettis à la bolognaise : ce plat est considéré comme une pâle caricature des tagliatelle al ragù et est totallement désavoué par Bologne !

  • Si vous êtes végétarien•ne, essayez de mettre la main sur des cappellacci di zucca, sorte de raviolis à la courge, spécialité de la ville de Ferrare.
  • Note pour les vegans : les pâtes fraîches contiennent quasiment toujours des œufs. Les pâtes sèches, par contre, n’en contiennent en principe pas. En général, les menus des restos sont très détaillés au niveau de la composition des plats. En cas de doute, demandez !

Faire un test comparatif pour trouver la meilleure gelateria

Fan de glace ? Relevez le défi et mettez-vous en quête du meilleur parfum de gelato de la ville. Ce ne sont pas les concurrents qui manquent et, croyez-en notre expérience, ils mettent la barre haut ! Nous avons un gros faible pour la Cremeria Funivia et ses parfums absolument délicieux comme Leonardo (crème de pignons et pignons toastés) ou Contessa (crème d’amande, amaretti et amandes caramélisées), la Cremeria Santo Stefano ou encore la Cremeria Cavour.

  • Note pour les vegans : la plupart des gelateria proposent d’excellents sorbets, voire des glaces vegan au lait d’amande par exemple.

Prendre l’aperitivo près de Santo Stefano

Aperitivo à Bologne

Vous pouvez prendre l’aperitivo à peu près partout dans le centre historique mais les alentours de la basilique Santo Stefano sont particulièrement charmants ! Rien de tel qu’un bon spritz ou un Negroni (même si ce cocktail est originaire de Florence) et une petite assiette d’antipasti, de fromage ou de charcuterie (pour ceux qui aiment) pour terminer la journée et commencer en beauté la soirée.

Manger sur le pouce au Mercato di Mezzo ou au Mercato delle Erbe

Apéro sur les petites tables à côté du Mercato di Mezzo avec Laurène (du blog Carnet d’escapades)

Le Mercato di Mezzo est un petit marché couvert avec différents comptoirs qui servent de la nourriture et des boissons, à deux pas de la Piazza Maggiore. Vous pouvez y déguster des pâtes fraiches, y boire un spritz revisité (Lambru-spritz par exemple !) ou vous offrir une pâtisserie et un bon petit café.

Sur le même principe, il y a plusieurs petits restos/cafés/bars où l’on peut manger un morceau au Mercato delle Erbe. On y trouve notamment des quartiers de pizza vegan.

Regarder un film sur la Piazza Maggiore (en été)

Cinéma en plein air sur la Piazza Maggiore

De fin juin à mi-août, la Piazza Maggiore se transforme chaque soir en salle de cinéma en plein air pendant le festival Sotto le stelle del cinema (sous les étoiles du cinéma). La programmation est variée : classiques, cinéma indépendant, blockbusters, films étrangers… Regarder un film sous les étoiles, au milieu de ces édifices du Moyen-Âge, avec une foule d’inconnus dans une ambiance chaleureuse : tout simplement magique !

Prendre un cours de cuisine ou participer à un food tour

Pourquoi pas apprendre à confectionner des tortellini pendant votre séjour à Bologne ?

Bologne est l’endroit idéal pour apprendre à préparer des pâtes fraiches, comme je vous l’expliquais dans cet article.

Si vous préférez déguster plutôt que préparer, vous pouvez également participer à un food tour : une visite guidée de la ville orientée sur la découverte des spécialités culinaires (avec des dégustations !).

Plusieurs agences proposent ce type de visite, notamment les deux suivantes :

Explorer Bologne à vélo

Les vélos de la coopérative Dynamo.

Située juste à côté de la gare de Bologne, la coopérative Dynamo Velostazione propose notamment la location de vélo à celles et ceux qui veulent découvrir la ville rouge sur deux roues.

Deux formules sont proposées : des visites à vélo avec un(e) guide ou des visites auto-guidées. J’ai choisi la seconde option. Concrètement, on vous prête un vélo pour une durée maximale de 4 heures et vous recevez une carte avec un parcours ainsi qu’un audio-guide MP3.

Lorsque j’ai réalisé cette balade, deux thématiques étaient proposées : un tour sur la musique et un tour sur l’Université de Bologne. Nous avons opté pour le second.

La carte est fixée au guidon, très pratique pour suivre l’itinéraire !

J’appréhendais un peu la conduite du vélo dans la circulation de Bologne mais au final, ça s’est très bien passé. Beaucoup de gens font du vélo à Bologne et les automobilistes sont généralement plutôt attentifs aux cyclistes, même si la prudence reste bien entendu de mise. Le parcours proposé nous a également fait emprunter pas mal de petites rues plus calmes…

Bref, je vous recommande chaleureusement cette activité pas chère et super chouette. Vous pouvez la réserver ici.

Sachez également que la coopérative Dynamo propose d’autres services aux voyageurs : comme une consigne à bagage et un parking à vélo.

Prendre un café à la bibliothèque Salaborsa

Rien que pour son architecture, cela vaut la peine de pousser la porte de la bibliothèque.

Juste à côté de la fontaine de Neptune, poussez la porte de l’ancien bâtiment de la bourse. C’est gratuit et ça vaut le coup d’oeil ! D’apparence austère vu de l’extérieur, le bâtiment renferme une bibliothèque-médiathèque dans un hall ouvert et lumineux. On peut y lire le journal en dégustant un bon café ou en profitant du wifi. Au sol, des passages vitrés permettent d’admirer les fondations romaines.

Le mobilier est plutôt original à la bibliothèque Salaborsa !

Autour de Bologne

Depuis Bologne, vous pouvez rayonner vers une foule de destinations super intéressantes en train ou en bus : Florence, Modène, Ravenne, Cervia… Vous retrouverez une petite sélection de lieux à découvrir en Émilie-Romagne dans cet article.

En pratique

Se rendre à Bologne

Bologne est accessible en train (de jour ou de nuit), en bus (Flixbus) ou en avion.

Pour le train, j’ai testé deux parcours de jour (A/R) :

  • Liège – Francfort ; Francfort-Munich ; Munich-Bologne
  • Pour le retour : Bologne – Turin ; Turin-Paris ; Paris-Liège

Le trajet via l’Allemagne était le plus pratique (pas de changement de gare comme sur le trajet via Paris) et le plus spectaculaire, avec notamment la traversée du Tyrol. La durée, par contre, était de 13 heures ! Personnellement, ça ne me dérange pas trop car je peux travailler dans le train mais ça ne convient pas à tout le monde !

Il existe également des liaisons en train de nuit depuis Paris.

Réservez vos billets de train sur Omio.

Où dormir à Bologne ?

En plus des hôtels « classiques », Bologne compte une multitude de Bed & Breakfasts. Il s’agit généralement de vastes appartements situés dans d’anciens immeubles, aménagés avec plusieurs chambres et salles de bain (parfois partagées). Au niveau du budget, comptez entre 60 et 100 € la nuit pour ce type d’hébergement.

Je vous recommande le B&B Carosello, situé à deux pas du Mercato delle Erbe, très confortable et avec une jolie déco. Le petit dej’ est inclus et le proprio est très sympa.

Le B&B Carosello

Si vous devez prendre un train très tôt ou si vous arrivez tard, l’hôtel Mercure de Bologne, situé juste en face de la gare, est très pratique. L’aménagement est particulièrement vieillot mais c’est propre et confortable.

Voir d’autres hébergements à Bologne sur Booking.

Se déplacer à Bologne

Bologne est une ville à taille humaine : vous pouvez la parcourir à pied ou à vélo. Vous voulez aller plus loin ? Le train permet de rallier énormément de villes aux alentours.

Où manger à Bologne ?

Il y a une foule de bons petits restos à Bologne. Parmi ceux que j’ai testés, j’ai particulièrement apprécié Clorofilla qui propose plusieurs options végé et vegan à la carte. Ils travaillent avec des produits locaux et bio et leur cuisine est particulièrement savoureuse.

Pour des pâtes, Sfoglia Rina est une valeur sûre !

Pour un repas vite fait sur le pouce, rien ne vaut une piadina, sorte de galette de pain garnie, en version salée ou sucrée. Deux adresses que j’apprécie beaucoup (avec pas mal d’options végé et vegan) :

Poursuivez le voyage à Bologne et aux alentours

Pin

Autres articles à lire