Saveurs du monde

Portland, le paradis de la street food

Le Nord-Ouest des Etats-Unis n’est pas la région la plus touristique du pays de l’Oncle Sam. Ainsi, si je vous parle de l’Oregon, état au sud de celui de Washington et au nord de la Californie, cela ne vous évoquera sans doute pas grand-chose… Pourtant, Portland, la plus grande ville d’Oregon est « the place to be » pour tous les gourmands voyageurs et un véritable lieu de pèlerinage pour tous les foodies qui se respectent ! Son atout ? Une scène street food à nulle autre pareille ! Imaginez : plus de 500 food carts, ces camions et remorques où l’on vous sert des plats du monde entier à emporter ou à déguster sur de petites tables pliantes pour moins de 10 $…

Bienvenue au paradis de la street food

C’est vers l’an 2000 que la street food a réellement débarqué à Portland mais c’est en 2009, notamment suite à la publication d’un article dans New York Times (et d’une vidéo à voir ici !) que le phénomène a pris toute son ampleur et que les food carts se sont multipliés. Aujourd’hui, on en compte plus de 500, tous répertoriés sur ce site ! Une véritable aubaine pour tous les employés et travailleurs de la ville qui peuvent s’offrir chaque midi un lunch différent pour moins de 10 $… et pour les touristes comme nous qui peuvent goûter dans une seule ville des spécialités du monde entier.

Le monde dans ton assiette

Car ce qui émerveille les papilles à Portland, c’est la formidable diversité des menus proposés par ces échoppes qui sont tenues non seulement par des locaux mais aussi par des immigrés thaïlandais, italiens, libanais voire tchèques ! La magie fait réellement son apparition lorsque les cuisines se mêlent pour aboutir à des fusions inattendues : tacos-thaï ; vegan sushis… De quoi ravir tous les goûts et vous laisser des souvenirs culinaires inoubliables !

Un lieu d’échanges et de rencontres

Au-delà de l’aspect culinaire, les food carts ou food trucks sont également la démonstration d’une autre manière d’envisager la cuisine et représentent un véritable phénomène social. Les petits plats bons marchés, la présentation sans chichi ni artifice… rendent la cuisine accessible à tous, même ceux qui n’oseraient pas pousser la porte d’un restaurant ou n’en ont tout simplement pas les moyens.

On se retrouve à midi autour des pods, ces aires où sont parqués plusieurs carts, on discute et on échange autour d’un lunch. La nourriture rassemble et donne l’occasion à des personnes aux horizons diamétralement opposés de se rencontrer : le businessman discute avec le hippie, l’immigré portoricain avec l’étudiant en pause de midi…

The Whole Bowl, street food, Portland

Un engagement citoyen

Souvent tenus par des indépendants qui n’ont pas (encore) les fonds nécessaires pour ouvrir leur propre restaurant, ces échoppes permettent également l’intégration économique de toute une frange de la population, même si certains décident d’ouvrir leur échoppe de street food par choix de vie. Nombreux sont ceux qui proposent des produits locaux, artisanaux, bios… et défendent une autre manière de consommer.

Lorsque nous avons visité Portland en 2012, les foodcarts avaient connu un tel boom que la gestion des serviettes en papier, barquettes en carton et autres déchets devenaient problématiques. Pour résoudre ce problème, une citoyenne a eu l’idée de mettre en place un système de barquettes réutilisables. Chaque après-midi, les barquettes sales étaient récoltées chez chaque vendeur affilié et lavées dans les lave-vaisselles d’un restaurant partenaire. Bel exemple d’initiative citoyenne !

Food carts et restaurants : une cohabitation pas toujours facile

Si restos et food carts travaillent parfois main dans la main, la cohabitation n’est pourtant pas toujours facile. Le succès grandissant de la street food à Portland a fait grincer des dents certains propriétaires de restaurants « en dur » qui voyaient là une concurrence déloyale. Les propriétaires de food carts ont en effet nettement moins de frais de fonctionnement et ne sont pas soumis aux taxes dont doivent s’acquitter les restaurants. Résultat : ils peuvent se permettre de pratiquer des tarifs beaucoup moins élevés.

On nous a raconté à Portland que des tenanciers de restaurant avaient fait courir la rumeur que les food carts ne respectaient pas les normes en matière d’hygiène. Mal leur en a pris car des contrôles ont finalement été effectués et ont démontré que la majorité des food carts étaient tout à fait en règle, ce qui n’a fait que convaincre les derniers réticents et contribuer à leur succès.

Personnellement, je pense que restaurant et street food ont chacun leurs avantages et peuvent être complémentaires. Même si j’adore manger dans la rue sans me prendre la tête, j’apprécie quand même également de m’asseoir confortablement dans un resto et de profiter d’un service à table. Et vous, vous en pensez quoi ?

Et à part manger de la street food, qu’est-ce qu’on peut faire en Oregon?

Plein de choses ! On vous en parle dans ces articles :

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...