en
Activités

Peut-on aller à la montagne en hiver sans skier ?

Cette question, je me la suis posée (trop) longtemps ! Et puis, il y a quelques mois, j’ai eu l’opportunité de constater de mes propres yeux qu’on peut tout à fait profiter des plaisirs de la neige (et de la raclette) et aller à la montagne sans skier. 

Pour commencer, il faut que je vous avoue quelque chose : moi et les skis, ça fait 2. Moi et l’ambiance des stations de ski, ça fait au moins 3. J’ai beaucoup de mal à comprendre comment on peut s’amuser des heures durant à remonter les pentes en télésiège ou en tire-fesse puis à dévaler les pistes, au milieu de dizaines d’autres skieurs, snowboardeurs, etc. Personnellement, je trouve ça stressant, fatiguant, énervant et répétitif ! Rien que ça ! Bien sûr, je comprends tout à fait que certaines personnes soient adeptes de la glisse. Simplement, ce n’est pas mon truc.

Ma première et unique expérience de ski remonte à l’école primaire, à l’occasion des inévitables classes de neige. Pas de chance pour moi, j’étais la seule élève de la classe à n’avoir jamais porté de skis : du coup, j’ai passé la semaine à suivre des cours niveau débutant avec des enfants que je ne connaissais pas et un moniteur que j’imagine rendu vaguement impatient par la lenteur de mes progrès (je vous en parlais dans le dernier postcast).

Mais l’avantage d’être blogueur, c’est qu’on a de temps en temps l’opportunité de dépasser ses préjugés et d’aller là où on n’aurait pas osé s’aventurer par soi-même. Et c’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à séjourner 3 jours dans le Massif des Aravis, en Haute-Savoie.

Logés à l’hôtel Les Écureuils, au pied des pistes du Grand Bornand, nous étions installés dans une chambre cosy de style « chalet savoyard ». De quoi nous mettre directement dans l’ambiance…

Les petits détails que j’aime ! À l’hôtel les Écureuils, au Grand Bornand.

Aller à la montagne sans skier, c’est se sentir seul au début

Je dois vous avouer qu’au premier abord, le village du Grand Bornand ne m’a pas séduite, malgré le charme de ses chalets en bois traditionnels (j’ai appris à l’aimer ! Je vous en reparlerai) et ses jolies fresques de street-art. Nous sommes arrivés un jour de marché et nous avons passé près d’une heure à tenter de parvenir à notre hôtel en suivant les déviations. Les rues étaient pleines de familles et de classes en chemin vers les pistes de ski, pas forcément attentives à la circulation des voitures. Partout, je voyais des magasins d’équipement de ski, des panneaux vers les pistes et remontées mécaniques… J’avais le sentiment d’atterrir dans un monde qui n’était pas le mien et qui ne voulait pas de moi.

Vous ne skiez pas du tout alors ???

Je ne sais pas combien de fois on nous a posé la question. Non, on ne skie pas. Non, ça ne nous tente pas plus que ça en fait…

Et pourtant, comme nous l’avons appris au cours de notre séjour, les non-skieurs sont de plus en plus nombreux parmi les voyageurs qui viennent profiter de la montagne en hiver. Les offices du tourisme locaux proposent d’ailleurs de plus en plus d’activités pour ce public. « La neige, c’était l’or blanc. On a tout basé là-dessus pendant longtemps. On en revient… » nous a expliqué une accompagnatrice en haute montagne rencontrée sur place. Parce que lorsque la neige se fait rare, c’est la douche glacée pour l’économie locale.

Cette illusion d’être le seul non-skieur à la ronde se dissipe donc finalement rapidement car ce ne sont pas les options qui manquent pour les non-skieurs : depuis les balades en chiens de traineau aux cures thermales, en passant par le Segway des neiges… Chaque station, chaque village, propose son activité insolite.

2 idées d’activité pour les non-skieurs (outre la raclette !)

Parmi les nombreuses possibilités, nous avons testé 2 activités : le véloski, dans la catégorie insolite, et la rando en raquette, dans la catégorie des incontournables.

Le vélo ski : dévaler les pistes sans avoir jamais skié

Je vous en parlais dans notre dernier postcast, lors de ce voyage en Haute Savoie, nous avons eu l’opportunité de tester le véloski. Ce drôle d’engin, mariage du vélo et des skis, est idéal pour dévaler les pistes, même quand on n’a jamais skié. Il est équipé d’un système de freinage que l’on actionne avec le pied et qui permet de réguler la vitesse.

Apprendre les rudiments pour manier cet engin ne prend que quelques minutes, surtout si vous faites du vélo. « On ne tombe jamais à la première descente », nous a expliqué Jean-François Exertier, notre moniteur. « Généralement, c’est quand on prend de l’assurance que l’on commence à commettre des imprudences ». Nous voilà prévenus !

6 remontées mécaniques du Grand Bornand sont équipées pour remonter le vélo ski en haut des pistes, à l’aide d’un système de crochet. Les pistes vertes et bleues sont accessibles au vélo ski. D’abord considéré avec réserve et circonspection, ce drôle d’engin attire aujourd’hui plutôt la curiosité des skieurs.

« La plupart des personnes que j’accompagne sont non-skieurs ou ne peuvent plus skier suite à un accident », nous a expliqué Jean-François. « Le véloski permet à tout le monde de profiter des plaisirs de la glisse ».

Même si je ne me sens pas vraiment dans mon élément sur les pistes, je me suis bien amusée à dévaler les pistes pendant quelques heures et c’est une activité que je vous recommande sincèrement. Sachez qu’il est également possible de louer un véloski pour pratiquer par vous-même après votre initiation.

Initiation au véloski au Grand Bornand : de 43 à 51 € pour 1 heure pour une à 2 personnes. Infos.

Location de véloski : 27 €/demi journée ; 40 €/journée (à cela s’ajoute le forfait pour les remontées mécaniques et l’accès aux pistes)

Randonnée en raquettes dans le domaine de la Clusaz

Si, comme moi, vous aspirez à profiter du calme et de la majesté de la montagne sans risquer de vous faire renverser par un skieur un peu trop enthousiaste, la rando en raquette devrait vous plaire. Accompagnés d’Astrid, une guide de haute montagne, nous avons marché pendant 3 heures environ dans le domaine de la Clusaz. Je n’avais jamais fait de raquette auparavant et j’ai passé un super moment, même si c’était plus fatiguant que ce à quoi je m’attendais !

Astrid nous a emmené à l’écart des sentiers fréquentés et nous nous sommes retrouvés en pleine nature, avec l’impression d’être seuls au monde. Malgré une visibilité très faible et une neige très mouillée, nous en avons pris plein les yeux. Au cours de la promenade, Astrid nous a donné des explications sur la nature, la faune et la flore, l’histoire de la région, la vie des habitants… Nous nous sommes arrêtés un moment pour boire un thé bien chaud au milieu de la forêt. C’était magique !

 

Vous pouvez pratiquer la raquette au domaine de la Clusaz en randonnée accompagnée, comme nous, ou par vous-même sur les sentiers balisés.

Demi-journée de randonnée : 25 € avec prêt des raquettes et bâtons. Infos

Ce séjour a été réalisé dans le cadre d’un partenariat avec Savoie Mont Blanc Tourisme, les stations du Massif des Aravis et l’office du tourisme de Manigod. Un grand merci pour leur accueil ! Comme toujours, nous gardons toute liberté éditoriale et notre enthousiasme est sincère. 🙂

Poursuivez le voyage en Haute Savoie

Pin

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...