Tests produits

Notre sélection de matériel de voyage testé et approuvé 2018

Comme vous le savez, nous avons régulièrement l’occasion de tester toutes sortes de matériel lors de nos voyages. Voici un petit retour sur l’équipement que l’on a testé ces derniers mois.

Ces derniers mois, nous étions au Canada, et plus précisément au Québec. Ce voyage, le plus long à notre actif, nous a permis de tester divers équipements dans des conditions très diverses. Du city-trip au roadtrip, en passant par la randonnée, le kayak de mer et la Via Ferrata, nous avons dû prévoir nos bagages de la manière la plus versatile possible.

Pour être tout à fait transparent avec vous, la majorité des produits dont nous vous parlons dans cet article nous ont été fournis gratuitement par des partenaires. D’habitude, on vous précise quand l’objet dont nous vous parlons nous a été offert par un partenaire, dans cet article, nous ferons le contraire, ça sera plus simple ;). Quoi qu’il en soit, ça ne change en rien notre point de vue lorsque nous testons un produit.

1. Sac de randonnée ultra-léger, Osprey Levity 60

Par Karl — Je vais vous avouer un truc, j’étais jaloux à chaque fois que Fred pouvait tester un sac Osprey ! Pas que j’étais sans bons sacs moi-même, mais quand même, à voir comme elle en était à chaque fois super contente, j’avais aussi envie d’y toucher ;). Et pour notre voyage au Canada, j’ai enfin pu moi aussi goûter à la qualité haut de gamme d’Osprey avec leur nouveau modèle de sac de randonnée ultra léger, le Levity 60.

Avec ce sac, Osprey s’adresse particulièrement aux adeptes de la MUL, la marche ultra légère. En quelques mots pour ceux qui ne connaissent pas le concept, la MUL part du principe que voyager léger permet de voyager plus confortablement, d’accéder à des lieux plus facilement, en se fatigant moins, et en en profitant donc plus. C’est une sorte d’idéal pour ceux qui tendent au minimalisme. Less is more quoi.

870g, c’est le poids du Levity 60. 870g pour un sac de 60 litres quand même. Pour arriver à ce poids plume, Osprey a supprimé les armatures des sacs à dos classiques et utilisé du mesh très léger. Ce n’est pas parce que je me tourne de plus en plus vers la MUL que j’y arrive :D. Dès qu’on prend en compte le matériel photo déjà, on peut difficilement parler d’ultra léger. Et c’est pour cette raison que la résistance m’inquiétait un peu. Pourtant, après 2 mois à le trimballer en ville, en voiture, à pieds, dans les bois, … je n’ai eu aucun souci de ce côté.

Niveau confort, avec une charge d’environ 14kg, je ne sentais tout simplement pas le sac sur mon dos. Le système de réglage y est pour beaucoup. On peut ajuster le maintien sur tellement de points différents que ça en devient presque du sur mesure. C’est quand même un peu dommage que la sangle ventrale ne soit pas plus large, ce qui la rendrait plus confortable.

Pour réduire au minimum son poids, il n’y a tout simplement aucune séparation à l’intérieur du sac. Il faut donc une assez bonne organisation. Ça n’a pas été un soucis pour moi vu que j’ai déjà l’habitude de tout compartimenter, de rassembler les petits accessoires dans des pochettes, d’utiliser des housses de compression, … Mais je trouvais que c’était intéressant de le dire quand même. Il y a tout de même une poche sur le dessus du sac, une séparation pour une poche d’eau, et 3 compartiments à l’extérieur pour un accès rapide à une veste ou autre.

Ça reste un sac réservé à un usage précis. Pour en tirer le meilleur parti, il faut se mettre dans l’état d’esprit pour lequel il a été développé. Ça tombe bien dans mon cas, je suis dans une phase de minimalisation de mon matériel. Et devoir tester ce sac m’a finalement poussé un cran plus loin dans la démarche (et ce malgré le matériel photo !).

Comme sac unique pour un voyage de 2 mois, le Levity 60 s’est avéré un très bon choix pour moi et je trouve qu’à  280€, il vaut son prix. Pour des randos de plus petites durées, je pense que je privilégierais sa version 45 litres qui est encore plus légère !

2. Sac de voyage, Osprey Rolling Transporter 90

Par Fred — Si vous suivez régulièrement ce blog, vous savez sans doute déjà que j’ai adopté les modèles de sacs à dos Osprey spécialement adaptés à la morphologie féminine (mon pauvre petit dos leur dit merci !). Peut-être vous souvenez-vous aussi que j’emmène régulièrement en city-trip un modèle compact de sac-valise de cette marque.

À l’occasion de notre road trip au Canada, nous avons testé le tout nouveau modèle Rolling Transporter 90 L de la marque au balbuzard. Il ne s’agit pas d’un sac à dos mais d’un sac de transport, assez similaire à leur modèle Transporter 95 L que nous avions déjà pu tester lors d’un précédent voyage.

Différence notoire : ce modèle est équipé de roulettes et d’une poignée rétractable, ce qui le rend vraiment pratique en voyage (surtout quand on n’a pas de force comme moi :-D). Super résistant, l’Osprey Transport 90L est à mes yeux le sac idéal pour un road trip. Il a parfaitement rempli son rôle durant nos 2 mois au Canada et a bien résisté à tous mes mauvais traitements (je ne suis pas tendre avec mes sacs, Karl peut en témoigner).

Les roues « tout terrain » permettent de le faire rouler partout, même sur les chemins cabossés. Bon, on est d’accord, pas sur des kilomètres mais suffisamment pour faire le chemin de la voiture à votre prêt-à-camper par exemple.

Je ne le recommande cependant pas forcément pour un voyage itinérant en transports en commun par exemple, vu son côté encombrant : perso, j’opterais plutôt pour un sac à dos de randonnée. Par ailleurs, si vous devez le faire rouler sur de longues distances, cela peut être vite fatiguant si il est bien rempli.

À l’intérieur, il est équipé de poches en filet sur les côté et sur le haut, ce qui permet d’organiser un tant soit peu l’intérieur. Il y a aussi une petite poche accessible depuis l’extérieur, idéale pour ranger les petites choses auxquelles vous voulez avoir rapidement accès. Des sangles de compression permettent de bien serrer les vêtements et de rentabiliser au maximum l’espace.

Enfin, le revêtement du sac est super résistant et déperlant : on ne s’inquiète donc pas si on doit essuyer une petite pluie.

En bref, Osprey m’a une nouvelle fois convaincue ! À 260 €, c’est sûr que le Rolling Transporter 90 est un investissement mais c’est un sac que vous garderez longtemps.

3. Chaussures de randonnée Salomon X Ultra 3 GTX

Par Karl — Toujours pendant ce voyage au Canada, j’ai pu tester une paire de chaussures de randonnée Salomon X Ultra 3 GTX. Comme je voulais une paire de chaussures polyvalente pour pouvoir en emporter qu’une seule, j’ai visé pour une chaussure basse, déperlante, avec un laçage rapide (parce que j’ai la flemme). Pour le reste, je me suis un peu laissé porter par les conseils du représentant de la marque ;).

Dès le premier jour, la chaussure est très confortable. Je pense que ça devient de plus en plus rare de tomber sur des chaussures de randonnée qui ont besoin de « se faire », et c’est une bonne chose ! Le système de laçage rapide est un vrai plus. Je me souviens avoir pesté sur mes précédentes chaussures de marche lors de mon voyage au Vietnam. Elles étaient top, d’ailleurs je les utilise toujours, mais à chaque visite de temple, je devais passer mon temps à défaire et refaire mes lacets. Et comme je l’ai dit plus haut, j’ai la flemme. Si un système fiable et confortable peut m’éviter de perdre mon temps à ça, je prends !

Je pourrais lister tous les avantages de ces chaussures, l’expérience de Salomon, etc mais vous avez compris, ce sont de très bonnes chaussures de marche et je suis persuadé que des dizaines d’autres personnes vous diront la même chose, à raison. Mais ce n’était pas vraiment un « perfect match » avec moi et ce voyage.

Je ne voulais pas m’encombrer et j’ai donc pris ces chaussures uniquement. C’était une erreur. Je pense qu’on ne doit pas prendre une paire de chaussure déperlante comme unique paire de chaussure pour un voyage de 2 mois. Notamment quand il fait chaud. Le résultat était qu’après quelques heures de marche à peine, j’avais les pieds mouillés parce que j’avais trop chaud et que mes pieds ne respiraient pas assez. Après plusieurs jours, ça devenait désagréable. Les chaussures ne séchaient pas assez vite pendant la nuit, et le lendemain ça recommençait. Après 3 semaines, j’ai fini par acheter une seconde paire de chaussures, non déperlantes, mais qui respirent et sèchent super vite, elles.

La morale de l’histoire, c’est que même si des chaussures sont excellentes, elles peuvent ne pas être adaptées à vos besoins. Si j’avais suivi ma première idée, j’aurais testé les Outpath et ça se serait sûrement mieux passé parce que c’est le type de chaussures que je connais et qui me va d’habitude.

Donc voilà, ma conclusion est un peu mitigée. Ce sont de bonnes chaussures de randonnée, mais je n’ai pas pu les tester dans les conditions pour lesquelles elles ont été développées. J’espère pouvoir vous en dire plus sur les X Ultra 3 GTX lors de mes prochaines randonnées.

4. Trépied de voyage Rollei Compact Traveler Mini M-1

Par Karl — Rollei, qui est une marque que j’affectionne tout particulièrement pour des perles du passé comme mon Rolleiflex 2.8F (cœur, étoile, cœur), m’a permis de tester son trépied de voyage ultra compact, le Compact Traveler Mini M-1.

Est-ce qu’il est mini ? Oh oui. Est-ce qu’il est compact ? Oh que oui ! Pour vous donner une idée, il prend moins de place que mon GorillaPod !

Sa taille et son poids en font un trépied idéal pour le voyage, ou comme trépied d’appoint que l’on laisse quelque part dans le coffre de sa voiture, ou encore quand « je sais pas, j’aurai peut-être besoin d’un trépied mais j’ai pas envie de m’encombrer ».

J’ai toujours oscillé entre le sentiment qu’il est obligatoire d’avoir un trépied en voyage et la volonté de voyager avec le minimum, et je pense que le Mini M-1 peut m’apporter un juste milieu.

Mais… parce qu’il y a toujours un mais. S’il est plus polyvalent que mon GorillaPod en termes d’envergure, il reste selon moi réservé à ce type de photos prises très proches du sol. Si vous avez besoin de hauteur, ce n’est peut-être pas la meilleure option. Comme toujours, on en revient à la question de ce que l’on veut faire et quels sont les bons outils pour ça.

Rollei a quand même réussi à me faire remettre un trépied dans mon sac, et ce depuis maintenant bientôt 3 mois consécutifs !

Dans les points positifs en plus de la compacité, on notera la stabilité pour un trépied aussi léger, et les cliquets de réglage des pieds qui sont très agréables à l’utilisation. Dans un aspect général, tout me semble vraiment bien pensé. Ma seule réserve se trouve peut-être sur la durabilité des pieds et notamment sur le système de blocage/débloquage qui pourrait se fragiliser avec le temps, en tous cas tant que maintenant je n’ai eu aucun soucis.

Un très bon produit en tous cas, pour un prix très raisonnable d’environ 80 €.

5. Kit universel Lifestraw

Par Karl — Je vous ai déjà parlé de la gourde filtrante LifeStraw que j’ai testée lors d’un voyage en Sicile. De l’eau potable tout le temps (ou presque), moins de plastique, que demander de plus ? Eh bien si vous avez déjà une gourde, vous pouvez la transformer en LifeStraw, pour peu qu’elle soit compatible, en utilisant le kit universel LifeStraw ! Je la teste avec mon Hydro Flask depuis plusieurs mois maintenant et j’en suis des plus satisfait. Non seulement, ça fait encore moins de plastique mais en plus j’ai de l’eau super fraîche même quand il fait chaud :D.

Le kit universel se compose de la même paille filtrante que la LifeStraw Go 2-stage, ainsi que de 2 bouchons qui s’adaptent à toute une série de modèles de gourdes telles que Hydro Flask, Camelbak, ou encore KleanKanteen.

6. Skinners, entre chaussettes et chaussures d’appoint

Par Karl, article acheté personnellementLes Skinners sont des chaussettes avec une semelle très résistante qui protège de pas mal de choses comme des petits morceaux de verre, des objets coupants, etc. Ça faisait un moment que je voulais les essayer, pas comme quelque chose que je vais porter en permanence, mais plutôt comme alternative à la traditionnelle paire de pantoufle (que je n’ai d’ailleurs pas). J’ai fini par adopter les Skinners comme une solution confortable pour quitter mes chaussures de marche en fin de journée. Plus protecteur et encore moins encombrant que des tongs, on peut même les utiliser comme chaussures d’eau (pour du snorkelling par exemple) ou pour améliorer son grip sur une planche de surf ou de standup paddle ! Dans l’avion, c’est le top aussi !

Par contre, j’ai marché en ville avec pendant quelques kilomètres et pour ce genre de distance sur le béton chaud, je le déconseille. Mais à part ça, je suis convaincu et je les porte quasiment tous les jours.

Il y a d’autres marques qui proposent des alternatives aux Skinners, mais j’ai apprécié quelques arguments de vente, notamment le fait que c’est produit en Europe et que les matières sont responsables.

Voilà, voilà

C’est tout pour le moment ! L’année n’est pas encore terminée et nous mettrons peut-être à jour cette liste avec de nouveaux produits que nous aurons eu l’occasion de tester !

Merci aux partenaires qui nous ont permis de tester ces produits. Nous restons libres dans la manière dont nous parlons du matériel testé, et nous nous réservons le droit de ne pas vous parler des produits qui ne nous ont pas entièrement convaincu.

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...