Tests produits

Notre matériel testé en Écosse

Une fois n’est pas coutume, mais trois fois peut-être, voici un petit retour sur l’équipement que l’on a testé dernièrement lors de notre voyage en Écosse. Cette fois, ça porte majoritairement sur du matériel photo mais pas que. Allez, on y va !

Une partie de ma packing list pour le voyage en Écosse…
avant que je ne change encore 4 fois d’avis.

Repas lyophilisés vegan et sans gluten Lyo Food

Ajoutez une gourde et des couverts et vous aurez une cuisine dans votre sac !

Voyager avec un régime particulier peut parfois nous mener la vie dure. Dans certaines régions du monde, des options végétariennes/véganes fleurissent et sont de plus en plus présentes. Dans d’autres, pas si lointaines, c’est moins évident. Ajoutez à cela une allergie ou une intolérance, et c’est juste pas possible, vous êtes devenu un lépreux aux yeux des professionnels de la restauration.

Comme je pensais que ça allait être compliqué en Écosse (ouais, je sais préjugés tout ça), j’ai demandé à Lyo Food de pouvoir tester leurs repas lyophilisés. Ils offrent une gamme vegan avec pas mal de choix sans gluten, c’était parfait pour moi. Et ils ont accepté au grand bonheur de mes papilles parce que, franchement, je ne pensais pas que des repas lyophilisés pouvaient être aussi bons !

Chili Sin Carne à la polenta, curry d’ortille, soupe tomate-poivron, porridge coco-myrtille-figues-chia, porridge de millet aux fruits rouges, … La gamme est juste wow ! Et ils ont aussi un risotto d’orge aux lentilles, c’est parce que je dois éviter le gluten que je ne l’ai pas gouté mais l’intitulé est super tentant.

C’est tout ce que je vous en dis pour l’instant, un article plus détaillé sur « manger en voyage quand on a un régime alternatif » sortira bientôt. J’ajouterai le lien ici quand il sera publié :).

Pour découvrir toute la gamme : https://lyofood.com/ — Merci à Wioletta et Joanna pour le test !

Instax Square SQ20

J’aime vraiment bien le format carré :).

Ça faisait un moment que j’avais envie de tester un des nouveaux Instax Square de Fuji. J’avais laissé le temps passer depuis la sortie du SQ10 et quand on m’a proposé de tester le SQ20, j’ai tout de suite dit oui ! Après quelques semaines d’utilisation, je peux enfin donner un avis nuancé sur l’appareil.

Le SQ10 et le SQ20, contrairement à leurs prédécesseurs, offrent la possibilité de choisir ou non d’imprimer les photos que l’on prend, ce qui est pour moi une chose positive. Certains puristes diront que ça casse la raison d’être d’un appareil instantané, peut-être. Je les écouterai quand ils ressortiront leur chambre 8×10 et leur collodion. Au moins, on fait moins de déchet et on n’imprime que quand on est content de l’image. Le format carré est top, ça reste l’un de mes formats préférés tout medium confondu. L’objet tient assez bien en main, les menus sont simples à utiliser (même quand on ne lit pas le manuel, comme moi).

Par contre, parce que tout n’est pas tip top selon moi, je suis mitigé par le fait de pouvoir retoucher ses images sur le boitier. Ça, ça casse un peu l’expérience « instantané ». D’autant plus qu’après pas mal de tentatives de retouche, tout ce que j’ai obtenu était d’une qualité assez moyenne. En photo, la lumière est reine. C’est valable sur mon Leica M10 autant que sur mon Rolleiflex. Sauf que ces media offrent une certaine plage de développement (comprendre retouche de la lumière et des ombres, etc je ne parle pas de modification du contenu de l’image). Avec le SQ20, j’ai l’impression que c’est encore plus important ! Dès que la lumière s’est avérée un minimum complexe, peu importe les retouches appliquées, le résultat n’était pas au rendez-vous. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Désolé.

Cela dit, j’ai créé des chouettes souvenirs avec cet appareil et peut-être que je ne fais simplement pas partie du public qui lui est destiné.

NB pour ceux qui se demandent pourquoi il n’y a pas de film SQ en noir et blanc, on peut imprimer ses photos en noir et blanc. Le seul filtre que je trouve justifié sur cet appareil en fait.

On peut trouver le SQ20 en ligne pour environ 180€.

Lecteur de carte mémoire 3 en 1 USB-C de PNY

Workflow minimaliste !

Avec le remplacement de mon ordinateur portable, j’ai perdu le port carte SD intégré que j’utilisais quasi quotidiennement. PNY m’a proposé de tester leur adaptateur SD/micro-SD/USB vers USB-C et ça tombait à pic !

L’adaptateur est vachement plus compact qu’un dongle habituel (ce qui est normal vu qu’il n’y a pas de port RJ45 ni USB-C), il me semble solide, et les vitesses sont aussi bonnes que sur le port intégré de mon précédent ordinateur. Que demander de plus ?

L’adaptateur PNY R-TC-UA-3N1E01-RB se trouve à plus ou moins 25€.

Carte SD 128Go Elite-X de PNY

J’utilise les cartes SD de PNY depuis bientôt 2 ans maintenant et je n’ai jamais eu à m’en plaindre. Jamais de crash, les vitesses d’écriture et de lecture sont très bonnes.

J’ai reçu cette carte de 128Go de la série Elite-X qui remplace la série Elite-performance. Les vitesses sont tout à fait similaires. J’ai utilisé la même carte SD pour tout le voyage, j’y ai enregistré près de 3600 photos. Vers la fin, c’est évident que la lecture devenait un peu plus lente mais ça allait encore. La vitesse en écriture n’a absolument pas été impactée.

Attention, je n’ai pas fait de benchmark parce que je ne vis pas avec un chrono dans la main, je parle ici de vitesses en situation réelle, donc : est-ce que ça me semble rapide ou lent pour le travail que j’effectue sur le terrain ;).

Bref, je reste convaincu par cette gamme de cartes SD de PNY. Je conseille quand même pour ceux qui veulent garder une bonne vitesse de lecture de rester sur plusieurs cartes de 32Go ou 64Go.

La carte SD PNY Elite-X 128Go se trouve à environ 33€.

Chargeur de batterie Nitecore ULM10 PRO pour Leica M10

Assez compact par rapport aux autres chargeurs doubles que j’ai déjà eus par le passé.

Une chose qui m’a toujours fasciné dans le matériel appareil photo, c’est l’absence quasi totale de port USB sur les chargeurs de batterie des marques constructeur, et je ne parle même pas de celle de chargeurs doubles.

Nitecore est une marque chinoise qui se spécialise dans tout ce qui a rapport aux batteries, que ce soit de la lampe de poche tactique à l’appareil photo. C’est aussi la seule marque tierce qui propose une gamme de chargeurs pour les batteries des appareils Leica.

J’ai eu l’occasion de tester leur chargeur double et USB pour les batteries de mon Leica M10, et dans les grandes lignes je suis très content du matériel. L’affichage LCD est très pratique, le format est compact, mais le plus gros avantage, c’est qu’il supporte la norme QuickCharge quand elle est disponible et charge donc les 2 batteries en même temps plutôt qu’une à la fois.

Il arrive toutefois que le chargeur indique qu’une batterie est pleine alors qu’elle ne l’est pas tout à fait, mais c’est un problème récurrent avec les indicateurs LCD.

On peut trouver l’ULM10 de Nitecore pour environ 55€.

Voilà, voilà

C’est tout pour cette fois ! Merci aux partenaires qui nous ont permis de tester ces produits. Nous restons libres dans la manière dont nous parlons du matériel testé, et nous nous réservons le droit de ne pas vous parler des produits qui ne nous ont pas entièrement convaincus.

You Might Also Like