en
En pratique

Manger local en voyage

Ce samedi, nous avons animé une table ronde autour de la thématique « Manger local en voyage » à la librairie de voyage Toutes Directions à Liège. Une expérience super enrichissante qui nous a permis d’échanger plein d’anecdotes avec des amoureux de voyage et de cuisine locale comme nous ! Avec Karl, nous avons passé pas mal de temps à préparer cette table ronde et ça nous a amené à réfléchir sur cette véritable démarche qu’on a décidé d’adopter un maximum en voyage. Nous partageons avec vous le fruit de nos réflexions et des échanges suscités lors de cette table ronde. 

Le voyage pour nous…

Alors que pour certains le voyage se résume à ça :

Man resting on the sand, Guadeloupe

Ou ça :

Les magnifiques photos de touristes, Table Mountain

Ou encore, ça :

Tourists posing for a selfie with Buddha in the background, Po L

Pour nous, le voyage est synonyme de découverte de nouvelles saveurs. A tel point que cette passion a un jour suscité en nous l’envie de créer ce blog et de partager nos expériences heureuses ou malheureuses de voyageurs gourmands.

Mais au fond, c’est quoi manger local ?

Campur, Bali

Même si ça semble évident, la question n’est pas si simple qu’il y parait. Manger chinois dans China Town à Londres, c’est local ? Et manger la spécialité du coin, facturée 5 fois son prix normal, dans un resto pour touristes, c’est authentique ? Et manger dans un resto étoilé à Paris ?

Finalement, pour nous, manger local, c’est avant tout manger comme les gens qui vivent à l’endroit que nous visitons. A Londres, carrefour foodie s’il en est, cela signifie que nous avons un éventail presqu’infini de cuisines du monde à tester !

Manger local en voyage : pas une évidence pour tous

McDonald's of Bangkok

Quand Ronald McDonald se met à la mode thaï

Même si, pour nous, manger local en voyage va de soi, force est de constater que ce point de vue n’est pas partagé par tout le monde. De nombreux voyageurs ou touristes décident systématiquement de faire une croix sur la dégustation de spécialités locales pour privilégier le terrain connu de grandes enseignes internationales, faire la tournée des fast-food ou se servir au buffet international de leur hôtel.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène :

  • la peur de l’inconnu : devoir se faire comprendre par quelqu’un qui ne partage pas votre langue peut représenter un véritable obstacle pour certaines personnes. Le fait de se retrouver face à un menu rédigé dans une langue, voire des caractères inconnus aussi !
  • la peur de tomber malade : surtout dans certaines destinations réputées pour des conditions d’hygiène approximatives.
  • la facilité : opter pour une formule all-inclusive, ça peut être pratique, surtout pour des familles avec enfants.
  • les préjugés : à titre d’exemple, la gastronomie de Grande-Bretagne souffre encore d’une mauvaise réputation, même si on y trouve des tas de bonnes adresses gourmandes. Certains sont également convaincus que manger local leur coûtera plus cher, même si c’est souvent faux.
  • des allergies ou autres restrictions alimentaires : quand on sait que le contenu de son assiette peut au mieux vous rendre malade, au pire vous envoyer à l’hôpital, il y a de quoi y réfléchir deux fois avant de tenter l’expérience de la cuisine locale.

Pourquoi nous, on mange local

Vendeur de café à la cardamome, Jamma El Fna

Tous ces freins potentiels ne nous empêchent manifestement pas de manger local. Mais pourquoi attachons-nous une si grande importance à la dégustation de saveurs locales qu’il est pour nous complètement inimaginable d’envisager un voyage en se privant de sa facette culinaire ?

Street barbecue in Soppong market

On vous en parlait dans cet article, publié sur le blog d’Un sac sur le dos. Pour résumer, outre notre gourmandise légendaire, les raisons qui nous poussent à manger local en voyage sont les suivantes :

  • découvrir l’histoire d’un pays et son identité au travers de ses plats : dans les effluves de la cuisine d’Andalousie, il y a un parfum de 1001 nuits… Dans le thé ultra-fort de Hong Kong, on retrouve une trace de l’empire britannique…
  • sortir de sa zone de confort : on voyage pour découvrir de nouvelles choses, pas pour rester coincés dans nos habitudes !
  • se rapprocher des locaux : s’intéresser à la cuisine locale, partager un repas avec une famille… Je ne connais pas de meilleure recette pour rapprocher instantanément les gens.
  • soutenir l’économie locale : parce que chaque achat est un vote et que je préfère donner mon argent à une famille locale qu’à une multinationale.
  • se dépayser : déguster un sorbet coco sur une plage en Guadeloupe, un ‘Ti Punch à ses pieds, c’est plutôt pas mal pour sortir du quotidien, non ?
  • se créer des souvenirs inoubliables : je n’oublierai jamais cette pizza, cuisinée avec des amis, une authentique mama italienne et son fils. Dans ma tête, elle a toujours le meilleur goût du monde.

Comment manger local ?

Vouloir manger local, c’est bien ! Encore faut-il pouvoir dépasser les freins qui nous ramènent vers la solution de facilité : le St*rbucks, le M*c Do, le resto de l’hôtel…

Au fil de nos voyages, nous avons testé plusieurs méthodes qui nous permettent de découvrir un maximum d’endroits sympa et de revenir avec plein de souvenirs de bons plats et, parfois, quelques kilos en plus ;-).

Rechercher des infos, demander conseil

Frédérique, Vasa Museet, Stockholm

C’est la solution la plus évidente. Avant le voyage, vous pouvez trouver des tas d’informations utiles sur internet, demander conseil à des amis qui ont exploré la même destination, consulter des blogs… Sur place, demandez conseils à vos hôtes Airbnb*, votre chauffeur de taxi, les expats rencontrés sur place ou utilisez des app !

(*si vous n’êtes pas encore inscrit sur Airbnb, cliquez ici pour profiter d’une réduction sur votre première réservation

Participer à un food tour

Lézard séché, Hong Kong

Food tour à Hong Kong. Je vous rassure on n’a pas mangé ces lézards séchés 🙂

Les food tours, ce sont des sortes de visites guidées centrées sur la découverte des saveurs locales et la rencontre avec des artisans. On adore, découvrez ici pourquoi.

Se balader dans les marchés

Keeping the greens fresh, Green Market, Split

Un marché en Croatie

On y découvre les ingrédients utilisés dans la cuisine locale et on peut parfois y déguster de très bonnes choses !

Suivre un cours de cuisine

Som Tam, May Kaidee style

C’est possible dans pas mal de destinations et ça permet d’appréhender la cuisine « de l’intérieur » en découvrant ses ingrédients principaux, ses techniques…

Aller manger chez l’habitant

Plusieurs sites jouent aujourd’hui les intermédiaires entre voyageurs et particuliers désireux de leur cuisiner de bons petits plats. J’ai testé la plateforme VizEat, je vous en parlais ici.

Malgré tout, manger local reste une aventure !

Boules de bousier contenant des larves à manger, Thailande

En Thaïlande, on a rencontré ces étranges boules de terre. Elles contiennent un mets de choix plutôt inattendu

Et on n’est jamais à l’abri de déconvenues, expériences étranges ou moments de solitude.

Le dernier en date, pour Karl, c’était à Agadir au Maroc, dans un café où il avait commandé du thé à la menthe avec ses deux compagnons de voyage. Au moment du service, petite surprise : on leur sert les ingrédients du thé (menthe fraîche, thé, gros morceaux de sucre) plutôt que le thé tout préparé et prêt à être servi.

Comment ne pas préparer un thé à la menthe au Maroc

Nos 3 voyageurs ne se laissent pas impressionner : ils bourrent leur verre de menthe, le remplissent de thé puis tentent tant bien que mal d’y faire fondre le sucre. Ils se rendent bien compte que ce n’est pas hyper pratique mais n’y prêtent pas plus d’attention que cela. Ce n’est qu’après avoir terminé leur manège qu’ils s’aperçoivent que les habitués du café en question les dévisagent comme les derniers des touristes.

Un coup d’oeil sur une table voisine leur fait réaliser leur erreur : la menthe, c’est directement dans la théière qu’elle trouve sa place, de même que le sucre. Et il y a un rituel bien précis à suivre pour mélanger le thé en versant le breuvage dans un verre avant de le verser de nouveau dans la théière…

Manger local, oui, mais avec des limites

Une remarque émise à plusieurs reprises à l’occasion de cette rencontre et qui correspond aussi à notre expérience, c’est qu’après plusieurs jours à manger local, notre corps a parfois le mal du pays. En Asie, on se prend à rêver de burger ou de fromage… Dans ces cas-là, je ne me force pas à manger local. Malgré tout, manger doit rester un plaisir ! Mais j’essaie de trouver un bon petit resto international dans le coin (si c’est possible !).

Quand votre cuisine/culture revient à vous par un chemin détourné…

Autre anecdote qui revient régulièrement : les efforts des locaux pour contenter nos estomacs occidentaux. Certains se souviennent de croissants offerts au petit-déjeuner dans un village reculé en Asie. D’autres d’un sapin de Noël dressé en leur honneur dans un hôtel perdu au fin fond du Maroc. Autant de délicates attentions qui témoignent d’une vraie volonté de partage !

Et vous, quelles sont vos anecdotes liées à la dégustation de spécialités locales ? Manger local : est-ce une évidence pour vous ?

Pour vous mettre en appétit…

Ça y est, vous êtes convaincu et bien déterminé à manger local lors de votre prochain voyage. Pour vous mettre en appétit, découvrez nos articles consacrés aux spécialités culinaires que nous avons testées autour du monde !

 

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...