En pratique

Conduire et camper en Islande : tous nos conseils pratiques

Fin août, nous avons pris la fameuse route nr 1 ou « ring road » qui fait le tour de l’Islande pour un roadtrip de 6 jours. On vous l’avait promis, voici un petit compte-rendu pratico-pratique de notre expérience et nos conseils pour préparer, à votre tour, votre voyage en Islande.

Conduire en Islande

N1 through Iceland

Pour explorer l’Islande en toute liberté, rien de tel que la voiture. Certes, il est possible de faire du stop (on croise d’ailleurs énormément d’auto-stoppeurs) ou d’emprunter des bus touristiques. Cependant, si vous voulez garder la liberté de vous éloigner des foules quand le besoin s’en fait sentir, de vous arrêter là où bon vous semble et de voyager à votre rythme, la voiture est, à mes yeux, la solution idéale.

Quel véhicule louer ?

Stop at the Litla kaffistolan

Pour ce premier voyage que nous envisagions comme une introduction à l’Islande, nous avons opté pour une voiture type « citadine », solution bien plus économique qu’un véhicule tout terrain. Vous ne pourrez certes pas rouler partout mais si vous vous contentez, comme nous, de suivre la route nr 1 (avec quelques petits crochets de temps en temps pour rejoindre certains campings) au printemps ou en été, c’est amplement suffisant.

Coût de la location : 386 € TTC pour 6 jours avec assurance tous risques et sans franchise. Réservation réalisée via Carigami, un très bon plan si vous souhaitez disposer de conseils personnalisés pour votre location, d’un service au top et d’un interlocuteur francophone.

Remarque : comme nous envisagions de faire du camping, nous aurions pu également louer un camping car, solution choisie par de nombreux voyageurs. Cela représente cependant un certain budget que nous n’étions pas prêts à investir pour ce voyage. 

Conduire en Islande, c’est facile ?

N1 through Iceland

Je dirais que c’est relativement facile. Au niveau circulation, aucun souci, la plupart du temps, les routes sont tranquilles (sauf à proximité des sites touristiques). Conduire dans les villes comme Reykjavik ou Akureyri ne représente aucune difficulté spécifique.

Le code de la route est assez similaire à celui que l’on connaît en Belgique ou en France. Vitesse : 50 km/h dans les agglomérations (30 km/h dans certaines zones), 90 km/h le reste du temps. Petite particularité : au niveau de certains gués, on ne passe que dans un sens à la fois mais c’est clairement indiqué.

Se repérer ne pose aucune difficulté si vous optez pour un tour de la route nr 1. Il suffit de suivre les panneaux 🙂

Principales difficultés ?

  • Rester attentifs aux moutons (mais aussi aux vaches ou aux rennes :D) qui peuvent débouler sur la route à tout moment.
  • Ne pas se laisser surprendre par des changements brusques au niveau du revêtement de la route (passage d’une route goudronnée à du gravier), particulièrement sur la côte est de l’île. J’ai dérapé quelques fois et il n’y a pas toujours d’accotement. En cas de pluie, on peut rapidement perdre le contrôle du véhicule si on roule trop vite. Levez le pied !
  • Résister à la tentation de se laisser distraire par les paysages grandioses et garder l’œil sur la route 😉

Pour tout savoir sur la conduite en Islande, je vous recommande cet article très complet sur i-voyages.

More sheeps in the Icelandic landscape

Attention, les moutons sont partout !

Sheeps on the N1

… et parfois sur la route !

Driving by Hvannadalshnúkur

Difficile de ne pas se laisser distraire par ces paysages fantastiques…

Bon à savoir

  • Il y a des stations-service très régulièrement le long de la route nr 1. Comme partout en Islande, vous pouvez payer par carte de crédit. Pas de différence notable au niveau du coût du carburant par rapport à la France ou la Belgique. Notre budget total carburant pour le tour de la route n°1 (+ un crochet d’environ 30 km) avec une petite voiture citadine : 156 €.
  • Attention aux gravillons et à la force du vent, susceptible de décrocher une portière de voiture restée grande ouverte (il n’y a pas d’arbres pour l’arrêter !).
  • Ne vous arrêtez pas n’importe où pour prendre des photos, il y a régulièrement des aires aménagées où vous pouvez vous arrêter sans gêner la circulation (même si elle n’est pas dense !).
  • Le « hors piste » est strictement interdit. Préservez la nature islandaise !
  • Il n’y a pas de péage sauf pour passer le tunnel de Hvalfjörður qui permet d’accéder à Reykjavik depuis le nord sans long détour (tarif : 1000 kr pour une voiture, soit environ 7,50 €. Pour les autres catégories de véhicules, vous pouvez consulter les tarifs ici).

N1 through Iceland

Sheeps in the Icelandic landscape

Camper en Islande

Reykjavík Campsite

Là encore, c’est une envie de liberté conjuguée à des impératifs budgétaires qui nous ont poussés à choisir cette solution. Si vous voyagez en Islande entre avril et fin septembre, camper vous permettra de réaliser de belles économies sur les coûts d’hébergement.

Vous devrez bien entendu sacrifier une part de confort mais vous y gagnerez des souvenirs inoubliables et surtout, vous aurez l’impression de vraiment profiter de la nature et du grand air islandais.

Où camper ?

Þakgil campsite

Une aire de camping au milieu de nulle part : Þakgdil

Ce n’est pas le choix qui manque : il existe des dizaines d’aires de camping aménagées, disséminées dans tout le pays. Pour un coût de 10 à 15 € p.p., vous pourrez y planter votre tente et profiter des infrastructures mises à votre disposition : douches, parfois moyennant un supplément, toilettes, espace cuisine… Nul besoin de réserver, il suffit de vous présenter à l’accueil, dès votre arrivée.

Reykjavík Campsite token

Dans les aires de camping, on vous demandera d’afficher une petite étiquette indiquant que vous avez bien payé.

Wooden huts in Djúpivogur campsite

Parfois, vous pouvez également louer des hébergements « en dur » sur les campings mais ça reste cher. 100 € pour une nuit dans ces huttes en bois !

Si l’aventure vous tente, vous pouvez aussi tenter le camping sauvage. Il est autorisé partout en Islande sauf présence de signe indiquant le contraire et à condition que vous trouviez à distance suffisante des habitations. J’ai cependant eu la nette impression que cette option était souvent découragée, sans doute suite à l’attitude irrespectueuse de certains campeurs.

Note :  il existe une carte à un prix forfaitaire d’environ 120 € qui vous donne accès à plus de 40 campings partout dans le pays (valable pour 2 adultes et jusqu’à 4 enfants de moins de 16 ans). Nous ne l’avons pas prise car la plupart des campings que nous avions repérés ne faisaient pas partie de ce réseau et ce n’était pas si avantageux vu la durée limitée de notre séjour. Plus d’infos ici.

Quel matériel pour camper en Islande ?

Fetching the gear at Iceland Camping Equipment, Reykjavík

Récupération de notre matériel dans les bureaux de Iceland Camping Equipment

Dans un pays où le vent peut faire pas mal de dégât, il vous faudra une tente solidement arrimée, capable de supporter de grosses bourrasques et bien imperméable. Votre sac de couchage doit aussi être suffisamment chaud (les nuits peuvent être particulièrement froides et humides, même en été).

Pour ne pas nous encombrer de matériel dans l’avion, nous avons fait appel aux services d’Iceland Camping Equipment. Basée à Reykjavik, cette petite société tenue par un sympathique couple de Français est spécialisée dans la location de matériel de camping aux voyageurs.

Tout est pensé pour vous faciliter la vie : vous pouvez réserver du matériel à l’avance via le site web et le récupérer quand vous voulez à Reykjavik (il y a un local accessible 24h/24 et 7 jours/7 quand les bureaux ne sont pas ouverts). Pour le retour, c’est la même chose et si vos plans changent, vous pouvez prolonger la location sans frais.

Le coût de location est calculé à la journée et vous pouvez vous procurer absolument tout ce qui est nécessaire pour camper : depuis la tente jusqu’au camping gaz en passant par les sacs de couchage, les accessoires de cuisine ou même une borne wifi.

À titre d’exemple, nous avions réservé :

Budget total : 264 € pour 6 nuits. Soit 22 € par personne et par nuit.

On a beaucoup apprécié le côté modulaire de cette solution qui permet de ne louer que ce dont on a besoin. Si vous vous rendez compte que vous avez oublié quelque chose pour votre voyage ou sous-estimé les conditions climatiques, c’est aussi une excellente solution de dépannage.

Se faire à manger sur la route

Cooking in Þakgil campsite

En plus du petit nécessaire de cuisine et du camping gaz de chez Iceland Camping Equipment, nous avions emporté dans nos valises la glacière Ice Fresh Compact 26 L de Quechua. Cette glacière auto-gonflante très légère (1 kg) permet de garder les aliments au frais. Même s’il ne fait pas très chaud en Islande, on voulait s’assurer de garder nos provisions à température constante dans la voiture. 🙂 Mission accomplie ! On regrette cependant l’absence de compartiments qui auraient permis de ranger de manière un peu plus organisée son contenu.

Prix en magasin : 39,99 €

Élément indispensable également : un petit couteau ! On a reçu récemment
un joli couteau personnalisé de la marque Deejo
qui est vraiment très pratique et idéal pour camper. Le mien vaut 45 €.

Picnic on the road

Nous avons également emporté quelques provisions de « base » : pâtes, riz, lentilles, soupes en sachet, café, sauces pour pâtes déshydratées (on en trouve dans les épiceries fines), sel-poivre, mini bouteilles d’huile d’olive. Sachez que vous êtes limités à 3 kg de nourriture par personne dans vos bagages.

Cooking in Þakgil campsite

Pour les produits frais, nous avons fait les courses sur place. Vous verrez sur les blogs et forums de voyage que tout le monde ne jure que par les fameux magasins Bonus. En ce qui nous concerne, nous avons testé d’autres enseignes pas beaucoup plus chères avec des produits de bonne qualité, bio et locaux. Je vous invite à consulter cet article en anglais pour en savoir plus.

Comment s’habiller pour un séjour camping en Islande

Last but not least, la question qui vous torturera au moment de faire vos bagages : comment s’habiller pour camper en Islande ? Sachant que la météo est hyper variable et qu’il peut faire très frais, même en été, le conseil habituel est de s’habiller « en couches ».

Avant mon voyage, j’ai lu cet article de Jennifer de « Moi mes souliers » qui détaille les vêtements à prévoir pour votre voyage et je m’en suis beaucoup inspirée pour faire mon sac.

Après coup, les éléments que je suis le plus satisfaite d’avoir emmenés sont les suivants :

  • Un bon manteau bien chaud et imperméable
  • Un bonnet, une écharpe et des gants
  • Un polar bien doux pour les froides soirées au camping
  • Un pyjama douillet pour la nuit
  • 2 pantalons (un jean et un pantalon en toile)
  • Un t-shirt thermique à longues manches
  • 1 surpantalon
  • Des chaussettes chaudes

J’aurais dû prévoir :

  • Un legging à porter sous le surpantalon (plus pratique qu’un pantalon)

Pour le surpantalon, j’ai opté pour un surpantalon Forclaz Rain de Quechua. C’est un excellent produit qui vous garde au sec en cas de fortes pluies et permet de couper le vent quand il fait froid (sur un bateau par exemple !). Note pour les filles : ça taille très petit, prévoyez 1 voire 2 tailles au-dessus de votre taille habituelle pour être à l’aise.

Frédérique, Jökulsárlón

Surpantalon imperméable (Forclaz Rain, Quechua), grosse veste, bonnet, écharpe… L’équipement de base pour l’Islande.

Prévoyez aussi de bonnes chaussures de marche et un maillot pour profiter des bains et sources chaudes !

Si vous conduisez, n’oubliez pas les lunettes de soleil.

2 autres petites choses bien utiles que nous avions glissées dans notre valise :

  • un savon biodégradable à multi-usages (corps, cheveux, lessive, vaisselle) produit tout près de chez nous (Le Lîdjeu).
  • des lampes frontales  

Bon voyage en Islande !

J’espère que ce modeste retour d’expérience vous sera utile dans l’organisation de votre séjour en Islande ! Nous n’en avons vu qu’un minuscule morceau mais ce ne sera certainement pas notre dernier séjour sur cette île. 🙂

Envie de poursuivre la lecture ? Ces autres articles pourraient également vous intéresser :

Et si vous êtes fan de rando et souhaitez explorer l’Islande à pied, on vous recommande chaleureusement les articles sur l’Islande de Maxime du blog Trekking et Voyage.

Ce voyage n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien de nos partenaires que nous remercions chaleureusement ! Nous gardons toute la liberté sur le contenu éditorial et les avis exprimés sont sincères.

Pin

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...