Carnets de voyage

Les animaux maltraités au détour des attractions touristiques… On en parle ?

Photo : Balade à dos d’éléphants dans la jungle de Samui, Thailand. par Dmitry V. Photo / Shutterstock.

Voyage rime souvent avec exotisme, aventure, dépaysement, culture, activités touristiques dont nos amis les animaux font parfois partie… Et tiens, parlons-en justement… Ce qui se cache derrière ces attractions ne peut-il pas s’avérer bien plus sombre que ce qu’on imagine ? Alors que, paradoxalement, nombre d’entre nous visitent ces attractions par amour des animaux, une triste histoire se cache trop souvent derrière celles-ci…

Précisons que le but, tout au long de cet article, n’est aucunement de pointer du doigt mais plutôt d’éveiller des consciences sur ce type d’activités, qui, au premier abord pourraient paraître tentantes. J’espère qu’après avoir lu ces quelques lignes, j’amènerai plusieurs personnes à se poser les bonnes questions et à réfléchir avant de sauter le pas pour ces activités bien trop controversées.

Voici quelques exemples concrets d’activités pour lesquelles la question éthique est relativement discutable. Cependant, cette liste est non-exhaustive et ne recouvre qu’une partie de la réalité…

Les tortues de mer

Bébés tortues rejoignant la mer par Kleber Cordeiro / Shutterstock.

 

Quoi de plus adorable que ces toutes petites et mignonnes tortues rejoignant paisiblement la mer ? Malheureusement, les premières heures de vie de ces minuscules bêtes sont décisives pour elles… Chaque minute est une lutte pour survivre. À certaines saisons et à certains endroits, ce sont des centaines de petites tortues qui se jettent à l’eau sous les yeux ébahis des touristes… Peu savent résister à la tentation de les prendre aux creux de leurs mains. Mais cet acte est vécu comme un véritable traumatisme pour ces animaux. En effet, en étant en contact avec l’homme, elles deviennent sujettes à un stress intense et leur système immunitaire en est fortement affaibli. Un acte bienveillant que l’on pense poser mais qui, en réalité, provoque tout l’inverse.

Les tigres

 

De nos jours, approcher un tigre sans crainte, lui donner le biberon et se photographier à ses côtés est devenu presque « normal » dans certains pays asiatiques. À première vue, tout cela peut sembler attendrissant… Et pourtant ces félins ne sont considérés autrement que comme une source de profit dont les touristes sont les « acheteurs ». Les plus jeunes d’entre eux sont arrachés à leur maman, maltraités et drogués, dépourvus de dents et placés sous un soleil de plomb afin que le touriste puisse capturer ce « moment incroyable »… Est-ce qu’une jolie photo à publier sur les réseaux sociaux ou à faire développer pour arborer fièrement dans son salon prévaut cette maltraitance infligée à ces animaux ?

Les éléphants

 

La balade à dos d’éléphants, l’activité touristique favorite en Asie… Tout comme les tigrons, les éléphanteaux sont enlevés à leur mère dès leur plus jeune âge afin d’être dressés. C’est à dire que l’éléphant est rendu docile par un entraînement d’anéantissement connu sous le nom de phajaan.

Le châtiment corporel et la mauvaise alimentation sont au cœur de cette méthode de domptage effarante, consistant à séparer l’âme du corps de l’animal.

Lorsqu’ils ne sont pas utilisés pour amuser et balader les touristes, les pachydermes sont bien souvent enchaînés et battus. Les dresseurs s’assoient parfois sur eux et brûlent leurs corps déjà meurtris par les coups incessants de bâtons ornés de clous dans le but de les désensibiliser… Tout cela uniquement pour faire « rêver » les touristes en balade.

Les dauphins

 

Une activité touristique populaire met en scène ces cétacés : la nage en bassin avec les dauphins. Ces animaux sont alors capturés dans les mers pour être cloitrés entre quatre parois. Ils sont dressés et deviennent eux aussi un condensé de souffrance dans un espace bien trop petit pour des animaux de cette envergure. Les rares fois où ils sont relâchés dans leur habitat naturel, ces derniers n’ont que très peu de chance de survivre puisqu’ils ont perdu tout instinct. La photo en déposant un baiser sur le rostre du dauphin… Un rêve de petite fille qui, pour l’animal est synonyme de cauchemar.

Les singes

Lego Snowy

Derrière ces photos se cache bien trop souvent une lourde détresse. par Lego Snowy / Shutterstock

 

Y a-t-il quelque chose de moins naturel que de voir un singe déambuler déguisé dans les rues ? Avant de parvenir à un tel spectacle pour les touristes, les petits macaques doivent passer par une phase d’apprentissage qui est réalisée non sans violence. Lorsqu’ils ne sont pas exploités pour épater les voyageurs, ces primates sont, la plupart du temps, enchainés et confinés dans des cages sans espace pour se mouvoir. Ce qui rend la chose de suite beaucoup moins réjouissante et divertissante à regarder…

Les civettes

 

Un peu plus méconnus, ces animaux, à mi-chemin entre la belette et le chat sauvage, sont originaires de l’Asie du Sud-Est et sont célèbres pour… le café ! En effet, ils ingèrent les grains de café qui seront récoltés par la suite dans leurs excréments. Ce produit est fortement apprécié et est vendu à un prix très élevé partout dans le monde. Certains locaux y ont vu là une occasion de générer du profit en créant une industrie touristique autour de ces petites boules de poils.

Les civettes sont alors capturées et mises en cage, peu ou mal nourries et maltraitées.

La demande étant en pleine croissance, cet hideux commerce se développe de plus en plus, mettant en péril la vie de nombreuses civettes. Gavé de nourriture et stressé, le petit mammifère peut aller jusqu’à s’auto-mutiler et même décéder…

Et si nous y donnions un clap de fin ?

En fin de compte, voyager de manière responsable, est-ce possible ? Eh bien oui ! Malgré les inquiétants constats que je viens de dresser précédemment, il existe des alternatives et des solutions pour voyager tout en étant respectueux de la nature et des animaux.

Le mieux est de commencer par boycotter ce type d’activités clairement controversées. Si vous affectionnez particulièrement les animaux, pourquoi ne pas vous tourner vers des activités qui ont l’ambition de les protéger ?

C’est notamment ce qu’a fait Fred lors de son voyage à Hong Kong : elle s’est laissée émerveiller par une croisière organisée par Hong Kong Dolphin Watch pour contempler les dauphins roses dans le respect le plus total de ces adorables cétacés.

Si vous séjournez à Bali, il n’est pas proscrit d’admirer le joli spectacle des tortues rejoignant les vagues. Mais contentez vous de regarder avec les yeux plutôt qu’avec les mains.

Voir des éléphants dans leur habitat naturel et en étant assuré que ceux-ci ne sont pas maltraités, c’est possible ! En effet, des centres alternatifs ont vu le jour. Ceux-ci proposent non pas de se promener perchés sur leurs dos, mais bien de les observer. N’est-ce pas beaucoup mieux pour eux et notre conscience ?

Et si nous laissions les fermes à civettes de côté, et que nous nous délections d’un bon café ou thé local ?

Quatre questions à se poser avant de réserver une activité

Quelques pistes de réflexions qui vous aideront sans nul doute lors de vos prochains voyages :

  • L’animal a-t-il un comportement naturel ? Ou est-il forcé d’une quelconque manière d’adopter un comportement pour faire plaisir aux voyageurs ?
  •  S’il ne souhaite pas être en contact avec l’humain, a-t-il la possibilité de s’isoler ou de partir de son plein gré ?
  • Le guide prend-il le temps de sensibiliser son public, d’expliquer le mode de vie de l’animal et de mettre en exergue quelques règles générales afin de ne pas perturber celui-ci ? 
  • L’argent que vous donnez est-il (partiellement ou entièrement) reversé à des associations ayant pour but de protéger l’animal en question ou de le préserver dans son habitat naturel ? 

 

 

Tant de situations désolantes… Et tant de solutions positives et inspirantes ! Il vous suffira, lors de vos prochains voyages, de vous assurer au préalable de l’aspect éthique de ces attractions touristiques et, pourquoi pas, d’y trouver des alternatives ? 🙂

Le jour où l’on comprendra qu’une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires.

Boris Cyrulnik, médecin, psychanalyste, psychiatre, scientifique

Envie d’approfondir le sujet ? Alors ceci vous intéressera :

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...