Carnets de voyage

4 jours à Cracovie

Moi qui n’avais jamais mis les pieds en Europe de l’Est, en moins de 3 mois je me suis retrouvé 2 fois à Cracovie. Malgré ça, sur mes 2 passages, je n’y ai pas passé beaucoup de temps. Tout au plus 4 jours. Alors que faire pendant 4 jours dans l’ancienne capitale de la Pologne ?

La première fois, c’était en juillet, une simple étape entre une semaine trop chargée dans nos travails respectifs et un salon de blogging à Ostrava, en République Tchèque. Il faisait beau, il faisait chaud, et il y avait du monde. L’objectif était simple : trouver des coins cools pour manger un truc ou boire une bière bien fraiche, et flâner (somme toute mon activité préférée, on se connaît maintenant).

La seconde fois, j’étais invité par l’office du tourisme de Pologne pour une visite plus culturelle de la ville et de ses alentours. C’était en septembre. Il ne faisait pas beau, il ne faisait pas chaud, mais il y avait du monde quand même.

Cracovie est une ville touristique, toute l’année. Autant le savoir.

De jour comme de nuit, Cracovie est visuellement intéressante !

4 jours à Cracovie, que faire ?

Si ça ne tenait qu’à moi, un programme bière-pierogis-café-photos-cocktail-sieste-repeat serait amplement suffisant. Mais il y a des gens en ce monde qui aspirent à plus que simplement vivre et laisser vivre, et pour qui flâner au gré du vent, c’est bon 5 minutes (big up à Fred). Ça tombe bien, y a quand même pas mal de chose à faire et à voir.

Je ne suis pas un inconditionnel du tourisme de mémoire. Non que je n’y manifeste aucun interêt ou que je minimise son utilité, au contraire, mais je préfère aller à la rencontre de ceux qui façonnent l’avenir de leur ville ou leur région. Il y a pourtant des endroits où il est difficile d’échapper à ce tourisme de mémoire tant l’Histoire imprègne tout ce sur quoi vos yeux peuvent se poser. Cracovie en fait partie.

Les lieux que j’ai pu visiter ne sont pas forcément les moins touristiques. Je ne vais cependant pas vous parler d’Auschwitz ou d’autres camps de la région, ce n’était pas sur mon programme. Même si plus haut je dis que je ne suis pas un inconditionnel de ce type de tourisme, c’est sur ma liste pour une prochaine fois.

Musée souterrain de Cracovie

Sous la place principale et les pas des centaines de passants et touristes qui parfois ne soupçonnent même pas l’existence de ce lieu, on peut visiter les anciennes fondations de la ville. Vestiges, reconstitutions, mises en scène, 3D, tout est bon pour raconter l’histoire riche du centre de Cracovie.

Plus d’infos sur le site du musée souterrain de Cracovie

Les mines de sel de Wieliczka

Et un site de l’UNESCO en plus sur ma liste ! Et qui dit UNESCO, dit aussi visiteurs en masse. À notre arrivée, j’ai compté 11 cars sur le parking, et d’autres arrivaient. Et, selon notre guide, ça augmente chaque année. So much pour l’expérience insolite et hors des sentiers battus !

Heureusement, l’endroit est bien géré et assez vaste pour accueillir tout ce beau monde. On a passé plus de 2h dans le ventre de Wieliczka à essayer de s’imaginer ce que c’était de travailler dans une mine de sel de cette ampleur. Et encore… 2h pour parcourir moins d’1% de la superficie de la mine. Bien sûr, tout n’est pas accessible :).

Toutes les infos pour préparer sa visite des mines de Wieliczka

L’ancienne fabrique Schindler

Tout le monde sait qu’Oskar Schindler faisait des listes (ba-dum-tssss), mais ce n’était pas sa première occupation. Sur le site même de l’ancienne fabrique Schindler, un parcours dans divers endroits clés (rues, tram, cellules, salons, …) nous immerge dans la Cracovie occupée par les nazis. J’ai beaucoup apprécié la scénographie et le dynamisme qui font que cette plongée dans une époque sombre n’est pas aussi lourde qu’elle pourrait l’être.

Toutes les infos sur l’ancienne fabrique d’Oskar Schindler

Nowa Huta

Pour le dernier jour de mon city-trip culturel à Cracovie, j’ai embarqué dans une authentique Trabant d’époque avec Crazy Guides, pour une visite de Nowa Huta, une sorte de ville idéale du communisme que le régime a fait sortir de terre dans les années 1950. Si ce n’est pour les figurants qui ne respectent décidément aucun aspect temporel (le smartphone et les Nike, c’est quand même vachement anachronique), on pourrait croire à un saut dans le temps. Le shot de vodka à 9h30 aide à se mettre dans l’ambiance. Ça vaut le détour !

Réservez votre tour de Nowa Huta en Trabant avec Crazy Guides

Boire un (des) verre(s)

Et si vous ne voyagez pas pour vous souvenir, vous pouvez toujours essayer d’oublier (peu importe quoi) en goutant les (pas si) nombreuses bières locales (et surtout tchèques en fait). Il y en a quelques unes qui m’ont vraiment plu, mais en général, on reste sur de la Pils traditionnelle et on ne la ramène pas de trop. De toutes façons, quand il fait chaud, on veut quelque chose de frais, et quand il fait froid, on prend de la vodka non ? #cliché

Petits coups de cœur pour le cocktail à bord du Barka sur la Vistule (pour quand il fait chaud) et pour le cadre vintage (et les cocktails, parce que bon) du bar restaurant Jama Michalika !

Se balader au gré des fresques

Vieilles pierres et street art font toujours mon bonheur ! Si c’est aussi votre cas, bonne nouvelle, Cracovie a les deux. Je ne vais pas vous donner d’endroit particulier ou d’itinéraire, tout simplement parce que j’ai marché sans regarder où j’allais et je me suis laissé guider par l’intuition (et le vent, et mon ventre).

Le quartier juif (comme quasi tous les quartiers juifs de toutes les grandes villes) a particulièrement retenu mon attention, ainsi que les statues de la passerelle Père Ojca Bernatka (Kładka Ojca Bernatka) !

Arrêter le temps avec une tasse

Dis comme ça, ça fait un peu cross-over entre Matrix et Doctor Who, mais je voulais juste dire qu’il y a plein de super bons endroits pour prendre un flat white (lait de soja pour moi) et une part de tarte ou de cheese cake.

Je me rappelle d’un très bon café glacé chez Gossip Cafe ou chez Warsztat Herbaty (chez qui on a acheté de super belles tasses émaillées). Mais franchement il y a des petits endroits comme ça partout.

Manger végé/vegan à Cracovie

La Pologne n’a pas la réputation d’être très végé-friendly et pourtant, je n’ai pas eu de mal à trouver de quoi manger à Cracovie. Évidemment, on parle d’une grande ville, touristique qui plus est, mais ce que l’on ne sait pas forcément c’est que dans la cuisine traditionnelle polonaise, il y a des spécialités végétales ! Pierogis à la pomme de terre, goblakis aux légumes, …

Le seul endroit où je n’ai pas été reçu décemment, c’est un restaurant moderne, dont je tairai le nom pour ne pas faire sa promotion, et dont le chef ne savait apparemment pas cuisiner sans viande. Je me demande ce qu’on apprend en cuisine de nos jours. D’autant plus qu’il a accepté la réservation de l’office du tourisme qui lui a spécifié que j’étais végétarien. Bravo. Bref, c’était mon coup de gueule !

Mr Vincent

Un petit restaurant spécialisé dans… les pierogis ! et décoré autour du thème de Vincent Van Gogh (j’ai foiré, je n’ai pris qu’une photo des pierogis, faudra me croire sur parole). L’accueil est aussi chaleureux que l’assiette de pierogis végétariens que nous y avons pris !

Infos et horaires sur le site de Mr Vincent

Zapiekanki Krakowskie

Avant d’être le nom d’un endroit, le Zapiekanki est une spécialité (je ne me ferai plus avoir comme à Stockholm où j’ai cru que l’endroit où j’avais mangé un si bon déjeuner s’appelait Opeth, alors que ça veut juste dire « ouvert »). Ça se présente sous forme d’une demi baguette ouverte, garnie et gratinée. Il y en a de toutes les sortes et à tous les prix, sachant que le plus cher et plus grand reste aux environs de 3,50€. C’est pas la ruine.

Infos et horaires pour retrouver Zapiekanki Krakowskie

Aller à Cracovie

L’année passée, nous n’avions pas encore décidé de ne plus prendre l’avion comme c’est le cas en 2019. Donc la première option et, ironiquement au niveau écologique, la moins chère est l’avion. Mais ce n’est pas la seule façon d’atteindre Cracovie.

Les bus long courrier de type Flixbus ou Eurolines ne sont souvent pas beaucoup plus chers que l’avion et présentent l’avantage particulier d’être moins restrictif au niveau de ce que vous voulez emporter avec vous. Après, c’est quand même plus long, en effet. Moi, ça ne me dérange pas de prendre un bus de nuit, je dors.

Poursuivez le voyage en Pologne

Bonus

Allez, quelques photos en vrac parce que je ne savais pas où les placer et Fred avait vraiment hâte que je sorte cet article !

Classique mais graphique ! Puis ça dit « ice cream » quand même…
Dans le quartier juif, obviously.
Les philosophes discutent sur les bancs publics à Cracovie. Par contre, je n’ai pas réussi à en placer une…

Pin

Autres articles à lire

Loading Disqus Comments ...
Loading Facebook Comments ...